Consultant (e) International chargé (e) de l’évaluation finale du projet "Renforcement des capacités de gestion multisectorielle, coordonnée et décentralisée de l’environnement pour atteindre les objectifs des conventions de Rio"

United Nations Development Programme (UNDP)

Moroni, Comoros 🇰🇲

Background

Conformément aux politiques et procédures de suivi et d’évaluation du PNUD et du FEM, tous les projets de moyenne ou grande envergure appuyés par le PNUD et financés par le FEM doivent faire l’objet d’une évaluation finale (EF) à la fin du projet. Les présents termes de référence (TdR) énoncent les attentes associées à l’EF du projet de taille moyenne intitulé «Renforcement des capacités de gestion multisectorielle, coordonnée et décentralisée de l’environnement pour atteindre les objectifs des conventions de Rio en Union des Comores» (PIMS n° 5553 » et mis en œuvre par la Direction Générale de l’Environnement et des Forêts. Le projet a démarré en juillet 2017 et se trouve actuellement dans sa 3ème année de mise en œuvre. Le processus d’EF doit suivre les directives décrites dans le document «Directives pour réaliser les évaluations finales des projets appuyés par le PNUD et financés par le FEM» (http://web.undp.org/evaluation/guidance.shtml#gef).

Contexte et situation du Projet

Ce présent projet est en lien direct avec l’objectif 2 de la stratégie GEF 6 sur la CCCD qui vise le renforcement des structures et des mécanismes consultatifs de gestion de l’environnement. Ce projet s’inscrit également dans les cadres 1 et 3 du programme CCCD qui appellent les pays à intégrer:

  • Les es besoins environnementaux mondiaux dans les systèmes d’information de gestion et le suivi, et
  • Les dispositions des AME dans les cadres législatifs, réglementaires et réglementaires nationaux. Ce projet permettra à l’Union des Comores de prendre les meilleures décisions vers l’acquittement, pérenne, de ses obligations environnementales mondiales.

Ceci demande à ce que le pays dispose des capacités nécessaires pour une coordination efficace de ces efforts, et mette en œuvre les bonnes pratiques quant à l’intégration des priorités environnementales mondiales dans son processus de planification.

À cette fin, l’objectif du présent projet est de Renforcer les capacités de gestion multisectorielle, coordonnée et décentralisée de l’environnement pour atteindre les objectifs des Conventions de Rio. Cela se fera au travers 3 composantes liées entre elles. La première composante porte sur le renforcement du cadre institutionnel national pour la gouvernance environnementale. La deuxième composante est axée sur le renforcement des capacités au niveau des îles et des communes, avec des activités visant à renforcer les cadres de gouvernance des communes, soutenues par le renforcement institutionnel régional (insulaire). Ces deux composantes utiliseront une approche axée sur l’apprentissage par la pratique pour le renforcement des capacités, en facilitant la participation active des représentants des parties prenantes à l’intégration des priorités de la Convention de Rio dans l’amélioration des plans de gestion communaux. La troisième composante, initialement conçue comme des activités relevant des composantes 1 et 2, met l’accent sur la sensibilisation du public et l’éducation environnementale sur la valeur stratégique de la gouvernance décentralisée de l’environnement mondial grâce à des stratégies nouvelles et améliorées d’approches régionales du développement durable.

Le projet est structuré autour de trois (3) composantes et des produits ci-après.

Tableau 1: Logique d’intervention du projet

Composante 1 : Renforcement du cadre institutionnel National pour la Gouvernance Environnementale

Produit 1.1.Renforcement des cadres politiques et législatifs pour une gouvernance décentralisée de l’environnement

Produit 1.2. Renforcement des processus de consultation et de prise de décisions en vue de l’intégration de la dimension sectorielle des obligations découlant de la Convention de Rio

Produit 1.3.Capacités techniques pour l’intégration et le suivi de la mise en œuvre de la Convention de Rio

Produit 1.4. Stratégie de mobilisation des ressources

Composante 2: Le renforcement des capacités au niveau des îles et des communes, avec des activités visant à renforcer les cadres de gouvernance des communes

Produit 2.1. Renforcer le cadre juridique de décentralisation

Produit 2.2. L’environnement global est intégré dans les cadres de planification du développement local planning frameworks

Produit 2.3. Renforcer les bases de données environnementales et les systèmes de gestion de l’information existants

Produit 2.4. Mécanismes améliorés de suivi et de conformité

Produit 2.5. Démonstrations pilotes

Composante 3: la sensibilisation du public et l’éducation environnementale sur la valeur stratégique de la gouvernance décentralisée de l’environnement mondial grâce à des stratégies nouvelles et améliorées d’approches régionales du développement durable

Produit 3.1: Dialogue entre parties prenantes sur les implications des conventions de Rio

Produit 3.2: Brochures et articles sur les Conventions de Rio

Produit 3.3. Messages d’intérêt public sur le comportement type respectueux de l’environnement

Produit 3.4. Les programmes éducatifs sont améliorés

Le budget global du projet est de 1 820 000 USD (dont 1 500 000 USD pour le GEF et 320 000 USD pour le PNUD).

Le projet est mis en œuvre sur l’ensemble des iles de l’Union des Comores. L’agence d’exécution du projet est le programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) avec comme partenaire d’exécution la Direction Générale de l’environnement et des Forêts (DGEF).

Les principales parties prenantes du projet sont: le Ministère de l’Agriculture, de l’Environnement, de l’Énergie, de l’aménagement du territoire et de l’Urbanisme, le Ministère de l’Intérieur, de l’information et de la décentralisation, Ministre de la Justice, Assemblée de l’Union et Conseil des îles autonomes, Gouvernorats des îles, le Commissariat Général au Plan (CGP), la Direction nationale des stratégies agricoles et de l’élevage (DNSAE), les Centres ruraux de développement économique (CRDE), la Direction Générale de l’Environnement et des Forêts (DGEF), la Direction Générale de la Sécurité Civile (DGSC), le Secteur privé incluant l’Union des Chambres de Commerce de l’Industrie et de l’Artisanat (UCCIA), l’Enseignement supérieur/Université et instituts de recherche, Communautés rurales, Organismes traditionnels et coutumiers de gestion locale, la société civile incluant les ONG nationales et internationales spécialisées dans le domaine de l’Environnement et les Partenaires internationaux de développement, d’assistance technique et financière.

Duties and Responsibilities

Objectif de l’évaluation finale (EF)

Le rapport TE doit évaluer la réalisation des résultats du projet par rapport à ce qui était prévu et tirer des leçons qui peuvent à la fois améliorer la durabilité des bénéfices de ce projet et contribuer à l’amélioration générale de la programmation du PNUD. Le rapport de l’évaluation finale, encourage la responsabilité et la transparence, et évalue l’étendue des réalisations du projet.

Approche et méthodologie de l’EF

Une approche et une méthode globales pour la réalisation des évaluations finales de projets soutenus par le PNUD et financés par le FEM se sont développées au fil du temps. L’évaluateur doit articuler les efforts d’évaluation autour des critères de pertinence, d’efficacité, d’efficience, de durabilité et d’impact, comme défini et expliqué dans les directives du PNUD pour la réalisation des évaluations finales des projets soutenus par le PNUD et financés par le FEM. L’examen final doit fournir des informations fondées sur des données factuelles crédibles, fiables et utiles.

Le rapport d’EF doit fournir des informations fondées sur des données factuelles crédibles, fiables et utiles.

Le (la) consultant (e) EF doit examiner toutes les sources d’information pertinentes, y compris les documents élaborés pendant la phase de préparation (tels que le PIF, le plan de lancement du PNUD, la Procédure de détection des risques environnementaux et sociaux du PNUD/PDRES), le document de projet, les rapports de projet, dont les PIR, les révisions du budget du projet, les rapports sur les enseignements tirés, les documents stratégiques et juridiques nationaux et tout autre matériel que le (la) consultant (e) juge utile pour étayer cette évaluation. Le (la) consultant (e) EF doit examiner les indicateurs de base/outils de suivi de référence et à mi-parcours du domaine focal du FEM, soumis au FEM au moment de l’approbation du directeur et aux étapes de mi-parcours, ainsi que les indicateurs de base/outils de suivi qui doivent être complétés avant le début de la mission d’EF sur le terrain.

Le (la) consultant (e) EF doit suivre une approche participative et consultative garantissant une implication active de l’équipe projet, des homologues gouvernementaux (le point focal opérationnel du FEM), des partenaires de mise en œuvre, du bureau de pays du PNUD, du conseiller technique régional, des bénéficiaires directs et d’autres parties prenantes.

La participation des parties prenantes est indispensable à la réussite de l’EF. Cette mobilisation doit consister en des entretiens avec les parties prenantes qui assument des responsabilités liées au projet, à savoir entre autres?: La Direction Générale de l’environnement et des forêts (DGEF), Les directions régionales de l’environnement dans les 03 iles, l’Université des Comores (UdC) et les ONG ayant collaborées avec le projet.

La conception et la méthodologie spécifiques de l’EF devraient ressortir des consultations entre le (la) consultant (e) EF et les parties susmentionnées quant à ce qui est approprié et réalisable pour atteindre le but et les objectifs de l’EF et répondre aux questions d’évaluation, compte tenu des contraintes de budget, de temps et de données. Le (la) consultant (e) EF doit utiliser des méthodologies et outils tenant compte du genre et veiller à ce que l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, ainsi que d’autres questions transversales et les ODD, soient intégrées dans le rapport d’EF.

L’approche méthodologique finale, y compris le calendrier des entretiens, les visites sur le terrain et les données à utiliser dans l’évaluation, doit être clairement exposée dans le rapport initial d’EF et faire l’objet d’une discussion approfondie et d’un accord entre le PNUD, les parties prenantes et le (la) consultant (e) EF

Au 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que le COVID-19 était une pandémie mondiale alors que le nouveau coronavirus se propageait rapidement dans toutes les régions du monde. Pour l’instant le pays a ouvert ses frontières pour tout voyageur étranger munis de son test PCR, et les voyages inter ile sont autorisées. Cependant, les réunions avec la présence de plus de 10 personnes sont limités. S’il n’est pas possible pour l’évaluateur de se rendre aux Comores pour cause de restrictions liées au COVID durant l’évaluation finale, l’évaluateur devra élaborer une méthodologie et une approche qui en tiennent compte. Cela peut nécessiter l’utilisation de méthodes d’entretien à distance, revues documentaires à distance, analyses de données, enquêtes et questionnaires d’évaluation. Si une mission de collecte de données ou de terrain n’est pas possible, des entretiens à distance peuvent être entrepris par téléphone ou en ligne (Skype, Zoom, etc.). Si tout ou une partie de l’évaluation finale doit être effectuée virtuellement, il faut tenir compte de la disponibilité, de la capacité et de la volonté des parties prenantes d’être interviewés à distance et des contraintes que cela peut imposer sur le déroulement de l’évaluation. Ces limitations doivent être reflétées dans le rapport final de l’évaluation.

Le consultant international peut être engagé pour travailler à distance avec le soutien d’un évaluateur national sur le terrain, si les conditions ne lui permettent pas de voyager et de travailler dans des conditions sûres. Aucunes parties prenantes, aucun consultant ou personnel du PNUD ne devrait être mis en danger, la sureté étant la priorité absolue.

Une courte mission de validation peut être envisagée si elle est confirmée comme étant sûre pour le personnel, les consultants, les parties prenantes et les collectivités, et si une telle mission est possible dans le temps alloué pour la conduite de l’évaluation. Il est également possible de recruter des consultants nationaux qualifiés et indépendants pour entreprendre l’évaluation finale et conduire les entretiens dans le pays tant que la situation le permet dans des conditions sûres.

Portée détaillée de l’EF

L’EF doit évaluer la performance du projet par rapport aux attentes énoncées dans le cadre logique/de résultats du projet (voir l’Annexe A des TdR). Elle doit évaluer les résultats par rapport aux critères décrits dans les Directives pour la réalisation des évaluations finales des projets appuyés par le PNUD et financés par le FEM.

La section du rapport d’EF sur les constatations doit couvrir les sujets énumérés ci-dessous.? Une présentation complète du contenu du rapport d’EF est fournie en Annexe C des TdR.

Les critères nécessitant une notation sont marqués d’un astérisque (*).

Constatations

Conception/élaboration du projet

  • Priorités nationales et appropriation par le pays;
  • Théorie du changement;
  • Égalité des sexes et autonomisation des femmes;
  • Mesures de protection sociale et environnementale;
  • Analyse du cadre de résultats: logique et stratégie du projet, indicateurs;
  • Hypothèses et risques;
  • Enseignements tirés des autres projets pertinents (par exemple, dans le même domaine focal) incorporés dans la conception du projet;
  • Participation prévue des parties prenantes;
  • Les liens entre le projet et d’autres interventions au sein du secteur;
  • Modalités de gestion.

Mise en œuvre du projet

  • Gestion adaptative (modification de la conception du projet et des produits du projet au cours de la mise en œuvre);
  • Participation réelle des parties prenantes et accords réels de partenariat;
  • Financement et cofinancement du projet;
  • Suivi et évaluation: conception à l’entrée (), mise en œuvre () et évaluation globale du S&E (); Partenaire de mise en œuvre (PNUD) () et agence d’exécution (), contrôle/mise en œuvre globale du projet et exécution ();
  • Gestion des risques, y compris les Normes environnementales et sociales.

Résultats du projet

  • Évaluer la réalisation des résultats par rapport aux indicateurs en rendant compte du niveau de progrès pour chaque objectif et indicateur de résultat au moment de l’EF et en notant les réalisations finales;
  • Pertinence (), Efficacité (), Efficience () et réalisation globale du projet ();
  • Durabilité?: financière (), sociopolitique (), du cadre institutionnel et de la gouvernance (), environnementale () et probabilité globale de durabilité (*);
  • Appropriation par les pays;
  • Égalité des sexes et autonomisation des femmes;
  • Questions transversales (réduction de la pauvreté, amélioration de la gouvernance, atténuation des changements climatiques et adaptation à ceux-ci, prévention des catastrophes et relèvement, droits fondamentaux, renforcement des capacités, coopération Sud-Sud, gestion des connaissances, volontariat, etc., selon les cas);
  • Additionnalité du FEM;
  • Rôle de catalyseur / Effet de réplication;
  • Progrès vers l’impact.

Principales constatations, conclusions, recommandations et enseignements tirés

  • L’évaluateur doit inclure un résumé des principales constatations dans le rapport d’EF. Les constatations doivent être présentées sous forme d’énoncés de faits fondés sur l’analyse des données;
  • La section sur les conclusions est rédigée à la lumière des constatations. Les conclusions doivent être exhaustives et équilibrées, largement étayées par les preuves et s’inscrire dans la logique des constatations de l’EF. Elles doivent mettre en avant les forces, les faiblesses et les résultats du projet, répondre aux principales questions de l’évaluation et donner des pistes de réflexion pour l’identification et/ou la résolution des problèmes importants ou des questions pertinentes pour les bénéficiaires du projet, le PNUD et le FEM, y compris les questions relatives à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes;
  • Le rapport doit présenter des recommandations concrètes, pratiques, réalisables et à l’attention des utilisateurs cibles de l’évaluation concernant les mesures à adopter ou les décisions à prendre. Les recommandations doivent être spécifiquement étayées par des preuves et liées aux constatations et aux conclusions relatives aux questions clés traitées par l’évaluation;
  • Le rapport d’EF doit également comprendre les enseignements qui peuvent être tirés de l’évaluation, y compris les meilleures pratiques concernant la pertinence, la performance et le succès, qui peuvent fournir des connaissances acquises à partir de circonstances particulières (les méthodes de programmation et d’évaluation utilisées, les partenariats, les leviers financiers, etc.) applicables à d’autres interventions du FEM et du PNUD. Lorsque c’est possible, le (la) consultant (e) EF doit inclure des exemples de bonnes pratiques concernant la conception et la mise en œuvre du projet;
  • Il est important que les conclusions, les recommandations et les enseignements tirés du rapport d’EF intègrent l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

Le rapport d’EF comprendra un tableau de notations d’évaluation, comme présenté dans le tabelau 2.

Les TDR complets sont téléchargés dans Procurement notice et UNGM à travers les liens suivants où sont détaillés :

  • Tableau 2 : tableau de notations d’évaluation pour le projet;
  • Calendrier provisoire de l’EF, et;
  • Livrables attendus;
  • Modèle de proposition tarifaire;
  • Les annexes.

http://procurement-notices.undp.org/view_notice.cfm?notice_id=80726 et https://www.ungm.org/Public/Notice/134656

Dispositions relatives à l’EF

La responsabilité principale de la gestion de cette évaluation revient au bureau de pays du PNUD-Comores.

L’unité mandatrice passera un contrat avec l’évaluateur (trice) et s’assurera qu’il (elle) disposera en temps utile des indemnités journalières et des facilités de voyage dans le pays. L’équipe projet sera chargée de prendre contact avec le consultant EF afin de lui fournir tous les documents nécessaires, préparer les entretiens avec les parties prenantes et organiser les visites sur le terrain.

L’évaluateur (trice) sera sélectionné(e) de sorte qu’il (elle) dispose des compétences maximales dans les domaines suivants: évaluation des projets environnementaux; des connaissances spécifiques des trois (3) Conventions de RIO. Il convient de relever que l’évaluation sera effectuée par un (e) seul(e) consultant(e) international(e).

L’évaluateur (trice) ne peut pas avoir participé à la préparation, à la formulation et/ou à la mise en œuvre du projet (y compris la rédaction du document de projet), ne doit pas avoir réalisé l’examen à mi-parcours de ce projet et ne doit pas avoir de conflit d’intérêts avec les activités liées au projet.

Code de déontologie de l’évaluateur

L’évaluateur (trice) est tenu (e) de respecter les normes éthiques les plus élevées et de signer un code de conduite à l’acceptation de la mission. Cette évaluation sera menée conformément aux principes énoncés dans les «Directives éthiques pour l’évaluation» du GNUE. L’évaluateur doit protéger les droits et la confidentialité des informateurs, des personnes interrogées et des parties prenantes en prenant des mesures pour assurer le respect des codes juridiques et autres codes pertinents régissant la collecte et la communication des données. L’évaluateur doit également assurer la sécurité des informations collectées avant et après l’évaluation et respecter des protocoles visant à garantir l’anonymat et la confidentialité des sources d’information lorsque cela est prévu. Par ailleurs, les informations et les données recueillies dans le cadre du processus d’évaluation doivent être utilisées uniquement pour l’évaluation et non à d’autres fins sans l’autorisation expresse du PNUD et de ses partenaires.

Modalités de paiement

  • Versement de 20% du paiement après la présentation satisfaisante de la version finale du rapport initial d’EF et après approbation de l’unité mandatrice;
  • Versement de 40% du paiement après la présentation satisfaisante du projet de rapport d’EF à l’unité mandatrice;
  • Versement de 40% du paiement après la présentation satisfaisante du rapport de l’évaluation finale et après approbation de l’unité mandatrice et du CTR (via les signatures sur le formulaire d’approbation du rapport final d’évaluation), et une fois soumise la piste d’audit du rapport d’évaluation finale.

Critères à remplir pour permettre le paiement final de 40%:

  • Le rapport final d’EF comprend toutes les exigences énoncées dans les TdR de l’EF et suit les directives relatives à l’EF;
  • Le rapport final d’EF est rédigé clairement, organisé de façon logique et il est spécifique au projet concerné (le texte n’a pas été copié et collé à partir d’autres rapports d’évaluation à mi-parcours);
  • La piste d’audit inclut les réponses et les justifications de tous les commentaires recensés.

Conformément au règlement financier du PNUD, lorsqu’il est déterminé par l’Unité mandatrice et / ou le consultant qu’un produit ou un service ne peut pas être achevé de manière satisfaisante en raison de l’impact du COVID-19 et des limites du TE, ce produit ou service ne sera pas payé.

En raison de la situation actuelle du COVID-19 et de ses implications, un paiement partiel peut être envisagé si le consultant a investi du temps dans la réalisation du livrable mais n’a pas été en mesure d’accomplir des circonstances indépendantes de sa volonté.

Evaluation des offres

La sélection sera faite sur la base des critères suivants notés sur 100:

Evaluation technique: 70 points

Evaluation financière: 30 points

Tableau 5: Critères d’évaluation des propositions techniques

Qualifications techniques et expérience:Diplôme de Master2 au minimum en gestion de projet, Sciences sociales, environnement, agriculture ou domaine similaire

Points: 7

Qualifications techniques et expérience:Méthodologie proposée dans la note technique

Points: 37

Qualifications techniques et expérience:Expérience récente d’au moins 10 ans, dans les méthodologies d’évaluation de la gestion axée sur les résultats

Points: 21

Qualifications techniques et expérience:Expérience dans l’application d’indicateurs SMART et dans le remaniement ou la validation des scénarios de départ

Points: 14

Qualifications techniques et expérience:Compétences en évaluation des Accords Multilatéraux de l’Environnement (AME) avec un focus sur les trois (3) Conventions de RIO (CDB, CCNUCC et UNCCD)

Points: 21

Critères d’évaluation de la proposition : Seules les candidatures recevables et conformes seront évaluées. Les offres seront évaluées selon la méthode de notation combinée – où la proposition technique, la formation et l’expérience sur des missions similaires seront pondérées à 70% et la proposition financière pèsera 30% de la notation totale. Le candidat recevant la note combinée la plus élevée et ayant accepté les conditions générales du PNUD se verra attribuer le contrat.

Soumission des propositions

Lors de la soumission de son offre, le consultant devra s’attacher à démontrer sa capacité technique et opérationnelle à conduire la mission dans le délai imparti. Il devra ainsi soumettre les documents suivants:

  • Lettre de confirmation d’intérêt et de disponibilité en utilisant le modèle?fourni par le PNUD;
  • CV et un formulaire P11;
  • Brève description de l’approche du travail/proposition technique expliquant pourquoi la personne se considère comme la plus appropriée pour la mission, et une méthodologie proposée sur la façon dont elle réalisera la mission; (maximum 2 pages)
  • Proposition financière qui indique le prix contractuel total fixe tout compris et tous les autres coûts liés au voyage (tels que les billets d’avion, les indemnités journalières, etc.), étayée par une ventilation des coûts, conformément au modèle joint à la lettre de confirmation d’intérêt modèle. Si un demandeur est employé par une organisation/entreprise/institution et qu’il s’attend à ce que son employeur facture des frais de gestion dans le processus de libération au PNUD en vertu d’un accord de prêt remboursable (RLA), le demandeur doit indiquer à ce point, et veiller à ce que tous ces coûts soient dûment intégrés dans la proposition financière soumise au PNUD.
  • Le PNUD applique un processus de sélection équitable et transparent qui tient compte des compétences et des aptitudes des candidats, ainsi que leurs propositions financières. Les femmes sont encouragées à postuler.

Tous les documents de candidature doivent être soumis par courrier électronique à l’adresse suivante UNIQUEMENT: https://jobs.undp.org/cj_job_edit.cfm?job_id=100468 avant le 27 juillet 2021 à minuit (UTC). Les demandes incomplètes ne seront pas examinées.

Proposition tarifaire

Le PNUD mettra à disposition du consultant un espace de travail ainsi que l’accès à internet. Le contractant devra disposer de ses propres moyens de travail comme les téléphones, radios ou ordinateurs.

Le soumissionnaire devra offrir un prix total fixe pour l’ensemble de la prestation qui couvre les salaires et autres charges, que ce soit les frais de communication, supports administratif et logistique ou tous autres frais.

Le soumissionnaire veillera à lister tous termes et conditions additionnels dans sa proposition.

Competencies

  • Compétences en évaluation des Accords Multilatéraux de l’Environnement (AME) avec un focus sur les trois (3) Conventions de RIO (CDB, CCNUCC et UNCCD)
  • Compétences avérées des questions liées au genre et le développement;
  • Compétence avérée en matière d’analyse;
  • Compétences et aptitudes à la communication.

Required Skills and Experience

Education:

  • Diplôme de Master 2 au minimum en gestion de projet, Sciences sociales, environnement, agriculture ou domaine similaire.

Expérience:

  • Expérience d’au moins 10 ans dans les méthodologies d’évaluation de la gestion axée sur les résultats;
  • Expérience dans l’application d’indicateurs SMART et dans le remaniement ou la validation des scénarios de départ;
  • Expérience dans les projets d’évaluation;
  • Expérience professionnelle aux Comores sera appréciée;
  • Expérience professionnelle d’au moins 10 ans dans des secteurs techniques pertinents;
  • Expérience dans l’évaluation et l’analyse incluant la dimension genre;
  • Une expérience dans l’évaluation/la révision de projet dans le système des Nations Unies sera considérée comme un atout.

Langue

  • Maîtrise du français à l’écrit et à l’oral
  • Maîtrise de l’anglais à l’écrit et à l’oral

POSITION TYPE

ORGANIZATION TYPE

EXPERIENCE-LEVEL

DEGREE REQUIRED

LANGUAGE REQUIRED