Consultant International pour une étude sur l’utilisation des systèmes de pompages à Energie solaire pour l'alimentation en eau potable au Mali

United Nations Children's Fund (UNICEF)

Mali 🇲🇱

1. Introduction

De 2015 à 2018, l’UNICEF a réalisé 88 systèmes d’AEP solaire dans 88 villages et 79 autres systèmes sont en cours de réalisation dans 79 villages des régions du nord et du centre.

 Ces systèmes ont l’avantage d’offrir aux communautés un niveau de service plus élevé, à travers l’utilisation des adductions d’eau et aussi d’amener l’eau plus proche des usagers.

L’UNICEF envisage les systèmes à énergie solaire comme un ‘’unificateur de programme’’ qui peut assurer la durabilité et l’impact des interventions de l’UNICEF dans le domaine de l’eau et de l’assainissement ; santé et éducation ; et facilitera la réalisation progressive d’un certain nombre d’objectifs du Plan stratégique de l’UNICEF et des objectifs de développement durable.

Pour soutenir le secteur WASH et d’autres secteurs, y compris la santé et l’éducation, l’UNICEF a identifié que les centres techniques solaires régionaux (Solar hub) sont nécessaires de toute urgence pour fournir un soutien aux gouvernements et aux partenaires afin de garantir l’emplacement, la conception, l’installation et l’exploitation / l’entretien corrects des systèmes solaires. À ce jour, l’UNICEF a soutenu des systèmes solaires dans plus de 20 pays et a entrepris des évaluations et des recherches approfondies pour identifier les domaines qui doivent être abordés pour permettre l’expansion efficace à grande échelle des systèmes solaires, afin de garantir que les zones les plus reculées et les familles dans la plupart des besoins, sont atteints avec une solution durable, fiable et abordable.

Fort de cette expérience, l’UNICEF a engagé cette étude, sur financement de la coopération allemande (BMZ), dans le cadre d’un projet de renforcement de la résilience au Sahel, afin d’évaluer l’impact de l’utilisation des systèmes de pompages à Energie solaire pour l’alimentation en eau potable au Mali. Cette étude permettra non seulement d’évaluer les forces et les faiblesses de l’utilisation de l’Energie solaire pour l’approvisionnement en eau potable dans des zones affectées par les effets du changement climatique, mais également de faire des propositions d’amélioration et de renforcement des systèmes en place.

Les résultats de l’étude devront permettre de mieux encadrer la réalisation des infrastructures d’eau type solaire dans les zones couvertes par les interventions de l’UNICEF (Sikasso, Mopti, Ségou, Gao, Tombouctou, Kidal, Menaka et Taoudeni), mais également de servir de cadre de référence et d’orientation pour d’autres projets futurs.

2. Contexte et justification

Les disparités de couverture des services d’eau et d’assainissement persistent entre les milieux rural et urbain. Pour l’eau, la couverture est de 91 % dans les zones urbaines contre seulement 63 % dans les zones rurales. Pour l’assainissement elle est de 46 % contre 22 % respectivement dans les milieux urbain et rural. On note également que 7% de la population a encore recours à la défécation à l’air

libre (JMP 2017). Une analyse suivant le niveau socio-économique révèle également des disparités importantes (MICS 2015) : le quintile le plus riche a un accès de 96 % pour l’eau et 68 % pour l’assainissement, tandis que le quintile le plus pauvre a un accès de 49 % pour l’eau et un accès de 15 % pour l’assainissement.

Les régions du nord et du centre restent les plus vulnérables, dans un contexte de transition politicomilitaire encore fragile et avec une situation sécuritaire instable. L’accès à l’eau dans ces régions reste difficile en raison de la faiblesse des investissements depuis de nombreuses années dans le secteur, aggravée depuis 2012 par le conflit qui a impacté les services de l’Etat, ainsi que des facteurs tels que l’impact défavorable du changement climatique, une pression anthropique et pastorale plus forte sur les ressources en eau, et un taux élevé de points d’eau non fonctionnels existants.

Concernant la fonctionnalité des ouvrages hydrauliques en milieu rural, le taux moyen de panne des pompes à motricité humaine est d’environ 30 % en 2017 (DNH). Ce taux varie suivant les régions entre 26% et 52% et impacte principalement les zones rurales qui font face au manque d’efficacité des structures de gestion communautaire, des opérateurs privés et des systèmes de maintenance mis en place, et également à la faiblesse de l’appui et du suivi des communes en milieu rural et périurbain dans leur rôle de maitrise d’ouvrage en charge d’assurer la durabilité de la gestion du service de l’eau et des investissements.

La fréquence et l’impact des catastrophes naturelles sont exacerbées par le changement climatique, entraînent une augmentation de la fréquence des sécheresses et des inondations ainsi que la désertification, et fragilisent les moyens de subsistance des populations, renforçant ainsi leur vulnérabilité. La capacité de résilience communautaire et les mécanismes d’adaptation diminuent d’année en année, provoquant des déplacements saisonniers pour l’accès à l’eau et créant de nouveaux besoins humanitaires.

À la suite des violences variées qu’a connu le pays, les nombreux déplacements internes enregistrés en 2019 (particulièrement dans les régions de Mopti et de Ségou) ont engendrés de fortes pressions sur les infrastructures EHA déjà insuffisantes. Dans le nord et le centre du pays, plus de 96% des Personnes Déplacées Internes (PDI) vivent dans des zones où les taux d’accès à l’eau sont inférieurs

à la moyenne nationale de 69,2%. Environ 1 385 642 personnes (304 841 hommes, 346 411 femmes, 415 693 filles et 318, 698 garçons) sont estimées dans le besoin d’une assistance EHA en 2020 parmi les PDI, retournés, rapatriés ainsi que les communautés hôtes se trouvant dans les zones accueillant des déplacés et/ou des transhumants et leurs bétails. Les femmes, filles, garçons et les hommes (cas de Kidal et Ménaka où les hommes sont en charge de la corvée) responsables de la corvée d’eau, les femmes et les filles

en âge de menstruation, les enfants malnutris et leur mère/accompagnant, les personnes âgées et celles vivant avec un handicap sont les plus concernés car souvent exposés à des risques de violences ou de maladies d’origine hydrique.

L’adaptation à ces nouveaux risques met le secteur d’Eau, Assainissement et Hygiène (EAH) au défi d’améliorer la qualité, la gestion et la maintenance les infrastructures et des services pour accroître la résilience.

Dans les communautés où les points d’eau existent, il s’impose impérativement le défi de gestion durable de ces infrastructures et l’appropriation de celles-ci par les communautés. Les capacités de gestion des communes à assurer la maîtrise d’ouvrage sont à renforcer. Les interventions de l’UNICEF au Mali en matière de EAH vise entre autres à soutenir la résilience de la population dans

ce contexte extrêmement fragile, et positionner l’eau comme élément de cohésion sociale et catalyseur de paix.

L’UNICEF Mali a accordé, ces dernières années une priorité aux installations d’Adduction d’Eau Potable (AEP) solaire pour alimenter certaines communautés ayant des difficultés d’accès à l’eau potable, afin d’améliorer le fonctionnement du système et offrir un meilleur service aux populations en termes de qualité et d’accès.

Les systèmes d’alimentation/adduction d’eau à Energie Solaire (AES) ont été mis en place en remplacement des forages équipés de pompe manuelles/pompes à motricités humaine (PMH), de même que la réhabilitation des systèmes (AES) existants mais qui ont été vandalisés. Aussi, des nouveaux forages équipés d’AES sont réalisés sur les sites ne disposant pas de point d’eau ou dans les zones déficitaires.

3. Objectif, Taches et portée de la consultation

3.1. Objectif

L’objectif global visé par l’étude est de faire l’état des lieux de l’utilisation des systèmes de pompages à énergie solaire au Mali en mettant l’accent sur l’étude de l’offre et de la demande l’identification des bonnes pratiques et les différentes options techniques. Il s’agira entre autres de :

– Evaluer la conception technique et le design d’un échantillon d’ouvrage Alimentation en Eau Potable solaire pour vérifier si le dimensionnement est fait dans les règles de l’art.

– Sur la base des données disponibles, faire une analyse des données de production et vérifier si les systèmes solaires en place fonctionnent à leur optimum.

– Analyser les contraintes pour la durabilité des investissements solaires, dont les risques de pillage/vandalisme et proposer des mesures de mitigation de ces contraintes.

– Sur un échantillon de système d’Alimentation en Eau Solaire (AES), conduire une étude économico comparative pour évaluer les couts d’opération et maintenance économisés comparé à des systèmes thermiques.

– Faire des propositions d’amélioration des technologies pour plus de durabilité.

– Evaluer les capacités y compris locales et les mécanismes de gestion (comité de gestion des systèmes AEP) à pouvoir assurer la maintenance/continuité/pérennisation des infrastructures.

– Evaluer le niveau d’appropriation des systèmes d’AEP solaire par les communautés, ainsi que les besoins d’amélioration en tenant compte des questions d’équité et de genre et la participation des femmes.

– Conduire une analyse de marché pour évaluer la diversité et qualité des équipements solaires disponibles sur le marché local malien, et fournir des recommandations sur le type d’équipement à privilégier,

– Conduire une analyse des dispositions politiques et institutionnelles permettant d’apprécier les mesures existantes promouvant les systèmes solaires (ex. taxation, contrôle qualité des équipement importés etc.)

3.2. Tâches et Responsabilités

Les principaux livrables sont échelonnés sur une période de 12 semaines répartie comme suit :

NoLivrableDurée
1Soumission et validation de la méthodologie et chronogramme proposé par le consultant1 semaine
2Rapport de la revue technologique1 semaine
3Rapport d’analyse du fonctionnement, de la maintenance et de l’entretien et des capacités de gestion communautaire des systèmes AEP solaire4 semaines
4Rapport d’évaluation de l’impact de l’utilisation des ouvrages AEP solaire2 semaines
5Rapport synthèse des recommandations1 semaine
6Document technique de modèle type assorti d’un plan d’action de mise en œuvre par étape2 semaines
7Soumission du rapport final et validation1 semaine

3.3. Portée géographique

L’étude va couvrir les régions de Sikasso, Ségou, Kayes, Mopti, Gao, Tombouctou, Kidal, Menaka et Taoudeni qui ont bénéficié des infrastructures d’AEP solaire notamment des projets financés par l’UNICEF et d’autres partenaires le cas échéant. Sur la base d’un échantillonnage raisonne le consultant proposera les zones qui seront identifiées et qui feront objet d’enquête et de visite de terrain.

Le choix des types d’ouvrages qui vont faire l’objet de l’échantillonnage des projets AEP solaire, doit se faire de sorte en tenant compte des spécificités régionales ainsi que la robustesse des infrastructures face aux aléas climatiques et les contextes géologiques et hydrogéologiques.

L’identification des différents types d’ouvrages mis en place dans le cadre de différents projets, devra tenir compte des caractéristiques techniques des équipements qui sont utilisés dans les zones d’intervention, les modes des gestion, d’entretien et de maintenance.

Le consultant travaillera en étroite collaboration avec les structures gouvernementales aux niveaux central et régional la DNH et les DRH qui sont les partenaires directs, en organisant des rencontres régulières de partage d’information. La participation de la partie gouvernementale demeure une garantie pour appropriation de l’étude et la prise en considération des recommandations en vue de renforcer les stratégies et programmes gouvernementaux.

4. Résultats attendus

Les principaux résultats attendus de l’étude sont ci-après :

– La revue des technologies utilisées pour l’approvisionnement en eau est faite en mettant l’accent sur leur durabilité et l’analyse du marché local en termes de disponibilité de matériels technique et des capacités d’entretien et de maintenance.

– Analyse du fonctionnement de la maintenance et de l’entretien des systèmes d’AEP solaire

– Analyse des capacités de gestion communautaire

– Evaluation des impacts de l’utilisation des systèmes d’AEP solaire, y compris les avantages et les inconvénients, les forces et les faiblesses des différents systèmes AEP solaire.

– Synthèse des recommandations visant à renforcer les stratégies et programmes existants, et à améliorer les technologies, leur utilisation et leur durabilité.

– Un plan d’action et de mise en oeuvre du modèle type est proposé

– Soumission des divers résultats d’analyses au Régional Solar Hub, et conduite d’une discussion technique entre le consultant, l’UNICEF et le régional Solar hub sur les résultats de l’étude

5. Qualification et compétences et Expérience professionnelle

Education : Avoir un diplôme d’Ingénieur en Génie Civil ou d’Ingénieur en Hydraulique ou diplôme supérieur (BAC+5) en sciences de l’eau ou équivalent.

Expérience professionnelle : Minimum 5 années d’expériences dans la conduite d’études similaires sur la gestion des services d’eau avec le système solaire (Forages, mini système AEP etc.).

Compétences démontrées à la fois sur les systèmes hydrauliques et sur les systèmes solaires.

Langues : Maitrise du Français

Compétences requises

i) Valeurs fondamentales

Bienveillance ; Respect ; Intégrité ; Confiance ; Responsabilité

ii) Compétences de base

Etablir et entretenir des partenariats ; Cultiver la conscience de soi et démontrer un sens de l’éthique ; Innover et épouser le changement ; S’atteler à obtenir des résultats tangibles ; Gérer l’ambiguïté et la complexité ; Penser et agir de manière stratégique ; Accompagner, diriger et encadrer le personnel ; Travailler de façon collaborative.

iii) Connaissances Techniques de base

Connaissance des théories, principes et méthodes dans les domaines suivants: Communication pour le Changement de Comportement ; Eau/Hygiène/Assainissement dans les écoles ; Projets d’approvisionnement en eau en milieu rural (mise en oeuvre, planification, évaluation) ; Technologies appropriées Eau/Hygiène/Assainissement, notamment dans l’approche communautaire de l’approvisionnement en eau et le contrôle des maladies liées à l’eau ; Gestion

Intégrée des Ressources en Eau

Connaissance des questions de genre et de diversité.

Autres connaissances requises

– But programmatique, vision, position, politique et stratégie des programmes sectoriels.

https://unicef.sharepoint.com/teams/DAPM-PPPX/SitePages/UNICEF-Strategic-Plan-2018-2021.aspx

– Connaissance des droits de l’homme au niveau global, des questions de l’environnement globale relatives au développement durable et particulièrement ceux ayant trait aux enfants et aux femmes, et la position et l’approche actuelle de l’UNICEF.

– Les politiques et stratégie de l’UNICEF pour régler les problèmes d’Eau/Hygiène/Assainissement, y compris ceux liés aux conflits, aux catastrophes naturelles, à la réduction des catastrophes et à l’environnement.

https://unicef.sharepoint.com/teams/DAPM-PPPX/SitePages/Climate,-Energy-and-Environment-Issues-in-the-2030-Development-Agenda–UNICEF%E2%80%99s-Global-Commitments.aspx

– L’approche basée sur les droits et les résultats, et la programmation à l’UNICEF.

https://www.unicef.org/policyanalysis/rights

– Les procédures et directives programmatiques de l’UNICEF

– Les documents de politique endossés par le Conseil d’Administration de l’UNICEF et les programmes de l’Organisation ayant un impact sur les résultats relatifs à l’Eau/Hygiène/Assainissement.

https://unicef.sharepoint.com/teams/PD/WASH/Shared%20Documents/UNICEF%27s%20Strategy%20for%20WASH%20(2016-2030).pdf

– Connaissance et capacité d’utiliser les systèmes informatiques, par exemple LAN, email,traitement de texte, tableur, base de données, télécommunications.

Connaissances techniques à acquérir

– Plan et Politique de développement du Gouvernement concernant le secteur Eau, hygiène et Assainissement

– Connaissance des conditions locales et de la législation du pays concernant les programmes UNICEF

– Politique et stratégie de l’UNICEF pour l’assistance humanitaire internationale, y compris l’approche Cluster de l’IASC.

Documents et certificats requis pour le consultant que sera retenu par l’UNICEF pour la conduite de l’étude : Le Consultant devra fournir :

– Copie des diplômes académiques

– Formulaire P11 à jour

– Certificat BSAFE

– Prevention of Sexual Harassment and Abuse of Authority (PSHAA)

– Prevention of Sexual Exploitation and Abuse (PSEA)

– Ethics and integrity at UNICEF

6. Cout de la consultation

Le consultant sera recruté dans la catégorie Professionnel niveau 3 (P-3/NOC).

Le budget de cette consultation comprend : (i) Les honoraires ; (ii) un Lump sum négocié, (iii) les billets d’avion pour les voyages du lieu de résidence habituelle du/de la consultant/e.

– Les honoraires sont évalués sur la base de : 90 jours ouvrables

– Le taux de DSA sera un Lump sum négocié couvrant la durée de la consultation (3 mois)

– Les congés de Repos et Récupération (R&R) sont pris en compte par l’Unicef

– Prévoir les billets d’avion Aller-Retour (2)

– DSA Elsewhere # provision pour mission de terrain : 45 jours (Taux en vigueur)

– Le transport sera assuré par I ’UNICEF en cas de mission de terrain.

Proposition financière

L’offre financière proposée doit contenir les honoraires (consultant international), la logistique

(DSA et Billets) et les couts indirects. Les honoraires seront négociés et déterminés avant signature

du contrat. Le candidat sélectionné sera régi par et soumis aux conditions générales de l’UNICEF

pour les contrats individuels.

Nombre de jours de consultation : La durée de cet appui technique sera de 3 (trois) mois.

Toutefois le/la consultant/e devra être disponible et flexible par rapport au processus organisationnel.

Modalités de paiement

Les modalités de paiement se fera selon les livrables réalisés :

– Chronogramme et méthodologie de travail validé (10% du montant du marché)

– Rapport validé de la revue technologique (10 % du montant du marché)

– Rapport validé d’analyse du fonctionnement, de la maintenance et de l’entretien des systèmes AEP solaire (20% du montant du marché)

– Rapport validé d’évaluation de l’impact de l’utilisation des ouvrages AEP solaire (20% du montant du marché)

– Rapport validé de la synthèse des recommandations (20% du montant du marché)

– Document technique validé du modèle type assorti d’un plan d’action de mise en oeuvre par étape (20% du montant du marché)

Note : Tous les candidats devront soumettre une proposition financière qui sera définie par rapport à la nature et au niveau de complexité de la consultance, d’une part, et le budgetdisponible, d’autre part. Pour une longue consultation (plus de 2 mois), le taux de DSA doit être un lump sum négocié couvrant toute la durée du SSA et non un taux journalier. En cas d’extension de contrat, les mêmes conditions d’honoraires s’appliqueront, cependant il n’y aura pas de paiement de DSA pour cette extension.

7. Condition Générale de la consultation

– Durée de l’étude : La durée proposée pour l’étude est de 12 semaines.

   Date souhaitée de début de la consultance : 15 Mars 2021. Date de fin de la consultance : 15 Juin 2021

– Supervision : Le/la consultant/e travaillera sous la supervision directe du chef de la section WASH Supervision

Le/la consultant/e travaillera sous la supervision directe du chef de la section WASH

– Suivi et évaluation : Une évaluation technique sera conduite à la fin du contrat.

– Conditions de travail : – Le/la consultant/e doit disposer de son équipement informatique

(ordinateur personnel). En cas de nécessité, il pourra accéder au réseau internet de l’UNICEF

via le Wifi. Le/la consultant/e sera basé au bureau UNICEF à Bamako, et aussi en cas de nécessité faire le travail à distance. Le/la consultante est tenu de se conformer strictement aux dispositions sécuritaires du système des nations unies au Mali. Les honoraires de consultation ainsi que les DSA et le transport seront pris en charge par l’UNICEF et seront fixés selon les normes de l’UNICEF en la matière et en conformité avec le contrat qui sera établi entre le/la consultant/e et UNICEF.

Le/la consultant/e aura à charge sa propre assurance

Le/la consultant/e devra fournir au bureau pays de l’Unicef, un rapport hebdomadaire et mensuel détaillant les activités menées au cours de la semaine et du mois. Le/la consultant/e sera principalement basé/e à Bamako avec des déplacements à l’intérieur du pays.

– Recours de l’UNICEF en cas de performance non satisfaisante

• UNICEF se réserve le droit d’interrompre le contrat en cas de performances non

satisfaisantes ;

• Le payement sera fait uniquement pour un travail complété avec satisfaction et accepté par

l’UNICEF.

– Dépôt de candidature et sélection du consultant

Toutes les propositions doivent contenir les documents suivants :

a. Compréhension des Termes de Références

b. Proposition financière

– Contact UNICEF

Amah KLUTSE / Chief WASH/ [email protected]

Madani DIAWARA / WASH Officer / [email protected]


POSITION TYPE

ORGANIZATION TYPE

EXPERIENCE-LEVEL

DEGREE REQUIRED

LANGUAGE REQUIRED