International Consultation pour la Conceptualisation-Finalisation des supports de formation/facilitation/suivi du processus participatif Pas à Pas du programme de coopération UNICEF et Gouvernement du programme WASH

United Nations Children's Fund (UNICEF)

, , TD

Contexte

Bien que le Tchad ait réalisé d’importants progrès dans le secteur de l’eau et de l’assainissement, l’OMD7 n’a pas été atteint.

A la fin de 2015, l’accès à l’eau potable a atteint 57% au lieu des 60% ciblés (88% Urbain, 48% Rural) et l’accès à l’assainissement de base 15% au lieu des 30% ciblés (53% Urbain, 4% Rural). Ces résultats montrent de grandes disparités entre les zones rurales et urbaines et entre les quintiles les plus riches et les plus pauvres. Rétrospectivement, sur les dix dernières années, l’alimentation en eau potable des familles en milieu urbain est passée de 67% à 87%, soit un gain de 20 points alors qu’en milieu rural le taux est seulement passé de 42% à 48%. Si les investissements dans le secteur de l’eau ont été relativement importants, ceux dans l’assainissement et l’hygiène n’ont pas suivi la même progression. En effet, le taux d’accès à l’assainissement de base et la pratique du lavage des mains au savon n’ont pas progressé en dix ans et continuent de stagner respectivement à 14% et 34% en 2015.

Selon le dernier rapport du JMP 2017, le taux de défécation à l’air libre (DAL) est de 68%, et pour atteindre l’ODD 6.2.1 en 2030, 1 million de Tchadiens doivent arrêter cette pratique par an d’ici 2030. Ce taux est encore plus élevé en milieu rural 82%, et la situation pour le quintile le plus pauvre est encore plus alarmante et estimée à 88% contre 14% parmi les plus riches. Des initiatives sont en cours pour appuyer le Ministère en charge de l’eau et de l’assainissement pour le développement d’une Feuille de Route Tchad FDAL 2030 pour relever le défi de l’éradication de la défécation à l’air libre d’ici 2030 en lien avec la politique et Stratégie Nationale d’Assainissement du Tchad.

Les données de MICS 2015 montrent que les taux de morbidité liée aux mauvaises conditions de l’assainissement et de l’hygiène sont très élevés, notamment chez les enfants de moins de 5 ans, c’est ainsi que 22% des enfants de moins de 5 ans souffrent de diarrhée, 8% souffrent des infections respiratoires aigües (IRA), et 40% de ces enfants souffrent de la malnutrition chronique.

Le pays connait depuis plusieurs années des crises nutritionnelles récurrentes qui touchent notamment les enfants de moins de 5 ans ou les taux de malnutrition aigüe globale dépassent généralement le seuil d’urgence. Selon la dernière enquête SMART 2017, la prévalence de la MAG (Malnutrition Aigüe Globale) dépasse le seuil de 15% dans douze (12) des vingt-trois (23) régions que compte le pays.

Pour le nouveau cycle de programme 2017-2021, l’UNICEF a, sur la base des leçons apprises du cycle précédent, évalué ses forces et faiblesses dans le secteur WASH. Les résultats du secteur s’expliquent par : (i) l’insuffisance d’orientations stratégiques et de cadres normatifs, la faiblesse de coordination et la faible allocation budgétaire du secteur, (ii) la faible couverture et la qualité insuffisante des services WASH, (iii) le faible niveau d’engagement et d’appropriation des communautés dans la gestion des ouvrages (iv) les pratiques et normes sociales néfastes de la population et des communautés (défécation à l’air libre, non pratique du lavage des mains..). À cela, s’ajoutent les crises humanitaires et des facteurs conjoncturels tels que les mouvements de populations et les effets liés au changement climatique.

Une des priorités du programme WASH (2017-2021) est d’assurer un accès durable au service WASH : le programme WASH va donc renforcer la pérennisation de service d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement au niveau des institutions (écoles, centre de santé) et des communautés rurales à travers le renforcement des capacités des structures déconcentrées d’une part et des communautés d’autre part pour une plus grande appropriation et maintenance des ouvrages.  Le programme visera à renforcer la gouvernance locale communautaireCe qui permettra de promouvoir la résilience des communautés en les rendant autonomes et créer des normes sociales positives aux fins de changer des mauvaises pratiques. Ainsi, les communautés sont des décideurs de droit. Ils sont donc appelés à définir leurs besoins, à prendre des engagements cohérents pour s’assurer que les investissements perdurent au-delà du programme. En outre, le programme met en place des interventions intégrées eau, hygiène et assainissement ainsi que des approches en masse critique afin de renforcer l’efficience du programme et maximiser l’impact sur la santé des enfants.

Dans cette perspective, le Ministère en charge de l’Eau et de l’Assainissement a défini en 2017, l’arrêté 60 qui fixe les modalités de mise en œuvre des projets WASH en milieu rural en intégrant un processus par étape avec une forte implication et appropriation des communautés.

Afin de mettre en œuvre cet arrêté, le Ministère en charge de l’Eau et de l’Assainissement veut se doter de différents supports de formation, de facilitation et de suivi communautaire du processus répondant aux besoins de la diversité des acteurs. Les défis auxquels ces nouveaux supports feront face sont la mise à l’échelle du Programme, le maintien du statut assaini des villages certifiés et l’appropriation par les communautés bénéficiaires.

Au vu de cette nécessité, le Ministère en charge de l’Eau et Assainissement, avec l’appui technique et financier de l’UNICEF, se propose de recruter un consultant individuel international expérimenté pour conceptualiser, développer et finaliser les différents supports à savoir : le Module de formation au processus par étape des projets WASH en milieu rural, le Guide du facilitateur et le Carnet de suivi communautaire.

Objectifs du poste et Responsabilités :

L’objectif principal de la consultation est d’assister le Ministère en charge de l’Eau et de l’Assainissement dans la mise en œuvre effective de l’arrête 60 pour la mise en œuvre par étape des projets WASH en milieu rural à travers la conception et la finalisation du Module de formation au processus, un Guide du facilitateur et un Carnet de suivi communautaire répondant aux besoins des acteurs. Dans le cadre de cet exercice, le Ministère en Charge de l’Eau et de l’Assainissement entend par ces outils stimuler des réponses locales en engageant les acteurs locaux non seulement par des dialogues communautaires mais surtout en valorisant les compétences et ressources communautaires pour des prises de décisions avisées et des actions coordonnées.

La consultation se focalisera sur l’agencement de ces éléments dans des formats adaptés à leur assimilation et utilisation par des adultes.  

Plus spécifiquement, le consultant procédera :

  • Au développement et à la finalisation d’un Module de Formation au processus utilisant impérativement l’approche expérientielle pour l’enseignement des adultes et intégrant la considération du genre et de l’équité.
  • Au développement et à la finalisation du Guide du Facilitateur existant et qui devra également intégrer les questions de gestion de genre et d’équité/inclusion de bout en bout.
  • Au développement et à la finalisation du Carnet de Suivi Communautaire destiné à l’appropriation de la communauté et à sa responsabilisation vis-à-vis du rôle qu’elle doit jouer dans le programme.

Avec l’appui de l’UNICEF, le Ministère en charge de l’eau et de l’assainissement s’assurer d’associer à l’exercice les acteurs WASH (Partenaires techniques et financiers, la société civile, l’université, …) afin de s’assurer de l’appropriation non seulement de l’arrêté 060 mais aussi des supports qui seront développés pour sa mise en œuvre.

Qualifications requises / Expérience professionnelles

Compte tenu de l’importance du travail qui requiert une organisation/coordination soutenue du processus, la consultation est confiée à un consultant individuel international selon les procédures de recrutement de l’UNICEF.  Le consultant doit avoir une large expérience dans le domaine de l’enseignement des adultes.

Qualifications

Détenir au moins un diplôme de 3ème cycle ou Master dans l’une des disciplines suivantes : Développement, Santé Publique, Sciences Sociales, Education, Eau, assainissement et hygiène ou tout autre domaine apparenté.

Expérience​

  1. Au moins 8 années d’expérience professionnelle dans l’eau, l’assainissement et l’hygiène, la Santé Publique, la communication pour le développement ou les approches communautaires
  2. Au moins 7 années d’expériences comme Formateur dans l’enseignement des adultes (Andragogie)
  3. 4 ans au moins dans la rédaction de modules de formation et/ou facilitation utilisant le modèle expérientiel
  4. Expérience avérée dans la rédaction de modules de formation communautaire dans les pays de la région similaire au Tchad
  5. Au moins une expérience similaire

Compétences clés

Obligatoire:

  1. Bonne connaissance du modèle expérientiel dans la rédaction des modules de formation des adultes
  2. Bonne connaissance de l’approche genre et de l’approche inclusive (ou équité)
  3. Connaissances de base sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène (secteur WASH)
  4. Flexibilité et capacité à faire les adaptations nécessaires au plan de travail selon les conditions et exigences se présentent localement
  5. Parfaite maitrise de la suite Microsoft Office (Word, Excel et Power Point)

Un atout

  1. Bonne connaissance des méthodes participatives d’analyse et de planification communautaire en milieu rural (méthodologies PHAST ou SALT, un atout)
  2. Bonne connaissance du processus de mise en œuvre du programme Ecole et Village Assainis

Langues: 

  1. Excellente connaissance du Français écrit et parlé (bonne connaissance de l’anglais, un atout)

POSITION TYPE

ORGANIZATION TYPE

EXPERIENCE-LEVEL

DEGREE REQUIRED

LANGUAGE REQUIRED