Coordinateur eau hygiène assainissement

Solidarités International
Bangui, Central African Republic
Position Type: 
Full-Time
Organization Type: 
NGO/Civil Society
Experience Level: 
Junior (0-4 Years)
Degree Required: 
Bachelor's (Or Equivalent)
Languages Required: 
French

EXPIRED

Please note: this job post has expired! To the best of our knowledge, this job is no longer available and this page remains here for archival purposes only.

QUE FAISONS-NOUS EN RCA ?

Date de prise de fonction souhaitée : 01/04/2018
Durée de la mission : 6 mois (avec possibilité d’extension sous réserve de financements)
Localisation : Bangui

CONTEXTE :

Solidarités International œuvre en République Centrafricaine depuis 2007, avec des programmes humanitaires et de relève, au profit des populations les plus vulnérables. Au cours des dix dernières années, Solidarités International a travaillé dans les sous-préfectures de Kabo, Kaga Bandoro, Bozoum, Boali, Bossembélé et Ndélé. En 2017, Solidarités International est intervenu dans les sous-préfectures de Kabo et de Kaga-Bandoro, avec des projets de relance agricole et économique, d’appui à la construction/reconstruction d’abris, et d’amélioration de l’accès à l’eau potable. Solidarités International est depuis 2014 un partenaire du Mécanisme de Réponse Rapide, un projet piloté par UNICEF qui permet une réponse rapide et multisectorielle (NFI, Abri et EHA) à des chocs (conflit ou catastrophe naturelle), et notamment aux déplacements de population.

PROJETS EHA ET ABRIS :

Projet EHA ECHO : Le projet EHA prévoit la réhabilitation de points d’eau et la construction de nouveaux forages dans les zones de Kaga Bandoro, Kabo, et potentiellement dans de nouvelles zones d’intervention. Il sera mis en œuvre en coordination avec l’Agence Nationale de l’Eau et Assainissement (ANEA) et une ONG nationale, déjà partenaire de projet EHA en cours sur Kaga Bandoro. La technique de forage utilisée est celle du forage manuel, expérimentée avec succès dans le passé par SI dans la zone de Kabo notamment.

Projet Abris CHF : Le projet Abris prévoit la réhabilitation de 500 abris. Le projet était initialement prévu pour la zone de Kabo, avec ciblage des ménages affectés par les inondations et ménages des sites de déplacés. Il est en cours de relocalisation sur Kaga Bandoro, avec ciblage des ménages retournés des sites de déplacés de Kaga Bandoro.

LE POSTE

Objectifs général du poste :

Le coordinateur/la coordinatrice EHA/Abris est en charge de superviser la mise en œuvre des programmes EAH/Abris et de développer la stratégie mission EHA et Abris.

En tant que tel, il/elle :

  • est en charge de la représentation et coordination avec le Cluster EAH et NFI/Abris;
  • contribue à l’élaboration de la stratégie de la mission en EAH et Abris et réalise les diagnostics en lien
  • est garant-e de la qualité des programmes EHA et Abris ;
  • coordonne le cycle de projet des programmes EAH et Abris dans le pays d’intervention ;
  • appuie au niveau fonctionnel le CT pour le management des RP EHA et Abris;
  • représente SI dans les clusters et groupes de travail relatifs à sa thématique.

DESCRIPTIF DU POSTE (SUITE)

Enjeux et défis spécifiques :

L’enjeu du poste est donc de pouvoir positionner fortement SI comme acteur humanitaire opérationnel, avec une capacité de réponse ou déploiement rapides. C’est une condition aujourd’hui pour SI pour être capable de mener à bien les projets. Le/la candidate doit donc avoir en tête ces enjeux, doit faire preuve d’un grand dynamisme, volontarisme, mais aussi avoir l’expérience nécessaire pour regagner en légitimité en externe.

Le cluster et secteur NFI/Abris souffre quant à lui d’un déficit de leadership ; avec une réelle opportunité pour SI de se positionner comme référent technique. Les besoins en Abris sont vastes en RCA, mais les acteurs, et particulièrement les acteurs crédibles pouvant se revendiquer d’une réelle expertise technique, sont peu nombreux.

Les priorités pour les 3 premiers mois seront :

Lancement du projet EHA ECHO : Le Coordinateur sera en appui au RP et CT pour le lancement du nouveau projet EHA ECHO, y compris au besoin pour le recrutement et formation des équipes, développement des outils de suivi du projet, etc.

Appui au projet Abri FH : Le projet Abri est en cours de relocalisation sur Kaga Bandoro et accuse déjà un retard. Le Coordinateur sera en appui technique au RP, en coordination avec le CT ; pour assurer la qualité des livrables, et le respect du chronogramme.

Appui à la clôture des projets en cours : Le Coordinateur sera en appui aux RP et CT pour la clôture des projets EHA en cours (ECHO, CHF, CDC), à travers des visites de monitoring de la qualité des ouvrages, l’appui à la rédaction des rapports finaux (en lien avec le RCO) et à la capitalisation.

Réalisation de diagnostics EHA/Abris : La mission est actuellement en phase d’exploration d’une nouvelle zone géographique. Des diagnostics multisectoriels devraient être lancés dans une nouvelle zone d’ici avril ; pour lesquels le coordinateur EHA/Abris pourra être sollicité.

Développement d’une stratégie mission : Le Coordinateur devra développer, en lien avec les acteurs EHA et Abris présents dans le pays, en coordination avec le Cluster et l’ANEA, et dans le cadre de la stratégie mission définie ; une stratégie EHA et Abris pour SI en RCA.

Représentation active au niveau du Cluster et des plateformes EHA/Abris : Comme mentionné, un gros enjeu pour SI est de pouvoir se repositionner fortement dans les forums de coordination humanitaire, afin de regagner en crédibilité et légitimité, notamment en tant que partenaire EHA/Abris.

Equipe(s) à encadrer :

2 RP EHA (1 pour le projet ECHO, 1 pour les projets CHF/CDC) + 1 RP Abris expatriés sur Kaga Bandoro. Besoin de support sur les aspects techniques pour assurer la qualité des ouvrages + sur les outils de pilotage et de suivi de projet + dimensionnement RH/Log modalités de mise en œuvre qui maximisent l’impact. 

VOTRE PROFIL

Diplôme universitaire de niveau minimum BAC + 4 dans l’un des domaines suivants : ingénierie, spécialités hydrogéologie, environnement (ou autres études d’ingénierie en coopération et/ou aide humanitaire)

Expérience minimum de 2 ans à des postes similaires dans des programmes humanitaires Wash

Au moins une expérience en contexte d’urgence.

Au moins une expérience de mission avec contexte sécuritaire difficile

Compétences et connaissances techniques:

Capacité rédactionnelles (français indispensable, anglais souhaité)

Bonne connaissance et expérience en gestion de projets pour les principaux bailleurs institutionnels : ECHO / UNICEF / CHF / DfID / OFDA (règles et procédures bailleurs)

Bonne maîtrise des programmes informatique Word, Excel, Power Point, Outlook etc

Bonne connaissance des enjeux de coordination entre ONG et les agences des Nations Unies

Capacité démontrée à représenter l’organisation et à défendre les intérêts de SI

Qualités managériales, et en particulier compétences en gestion d’équipes et soutien technique à distance.

Goût pour le travail en équipe et attrait pour le renforcement des capacités des personnes

Compétences en matière d’organisation et de priorisation, et capacité à gérer plusieurs choses en même temps

Grosse capacité de travail et résistance au stress ;

Disponibilité, flexibilité, autonomie ;

Fortes capacités d’adaptation ;

Connaissances des thématiques et des outils spécifiques SI fortement appréciées ;

Connaissance du contexte centrafricain apprécié.

Habitué(e) à travailler dans un environnement instable sur le plan politique et sécuritaire

Langues

Français courant

Anglais souhaité (relation avec certains bailleurs anglo-saxons : DFiD, OFDA, etc) ;

CONDITIONS DE VIE

Bangui est une ville de taille moyenne, très verte, et d’assez faible densité, dans laquelle circuler est facile. La ville est bordée au sud par la rivière Oubangui, sur les berges de laquelle on trouve bars,  terrasses et équipements sportifs : piscine, terrains de tennis et de squash, une salle de musculation… En règle générale, c’est une ville assez calme ; même s’il faut garder à l’esprit la fragilité générale du contexte centrafricain et l’éventualité d’une dégradation de la situation sécuritaire même à Bangui (scénario peu probable aujourd’hui mais contexte volatile).

Il est possible de trouver beaucoup de produits français dans les grands supermarchés de Bangui, mais à un prix relativement élevé. On trouve de nombreux restaurants (cuisine française, libanaise, chinoise, et bien sûr africaine) dans lesquels il est permis de se rendre la journée et le soir, en respectant le couvre-feu actuellement fixé à 23h (mais susceptible d’évoluer). Certains restaurants livrent également à domicile. Le nombre important d’ONG basées à Bangui facilite grandement la vie sociale (soirées tous les week-end).

Internet est disponible aussi bien au bureau qu’à la maison. L’électricité de ville est régulièrement coupée, mais la base dispose d’un système inverteur et d’un générateur permettant d’avoir du courant en quasi-permanence. Les expatriés ont accès au centre médico-social de l’ambassade de France (adhésion payante puis soins remboursés par la mutuelle de SI), et des tests médicaux poussés peuvent être réalisés à l’institut Pasteur de Bangui. Ces deux institutions sont capables de traiter efficacement la majorité des problèmes de santé.

Difficultés/contraintes en lien avec la sécurité :

La Centrafrique figure aujourd’hui parmi les pays au monde les plus dangereux pour les humanitaires. Les incidents affectant directement les humanitaires ont observé une hausse constante depuis 2015, pour atteindre en 2017 une moyenne de 43 incidents par mois. Le principal risque pour les ONG aujourd’hui reste le braquage, sur base ou sur les axes, de nature criminelle. Ce contexte sécuritaire affecte à la fois les conditions de vie et de travail des expatriés et personnel national, ainsi que la mise en œuvre des activités (régulièrement suspendues suite à des incidents de sécurité).

Au même titre que toutes les autres ONG (MSF et même le CICR ne font malheureusement pas exception), SI a subi au cours des 24 derniers mois plusieurs incidents, dont 2 braquages de base en 2017. La mission a depuis travaillé à améliorer son setup sécuritaire, a revu ses procédures de gestion de cash afin de minimiser l’exposition au braquage, a fait venir le référent sécuritaire 4 semaines sur la mission en Novembre 2017, et réfléchit au recrutement temporaire d’un expatrié en charge de la sécurité. En dépit de ces mesures, le risque, et notamment de braquage demeure, et le/la candidat(e) devra en avoir conscience, et l’accepter ; en sachant toutefois que SI met tout en œuvre pour le minimiser. 

SI VOUS OFFRIRA LES CONDITIONS SUIVANTES

Poste salarié : à partir de 2400 euros brut par mois, selon expérience, plus 10% de prime de congés payés versés mensuellement et Per Diem mensuel de 320 000 FCFA.

Notez qu'une augmentation des niveaux de salaire est prévue pour le 1er avril 2018, ce qui modifiera substantiellement les niveaux de rémunération.

SI prend également en charge les frais d'hébergement dans la guesthouse ainsi que les frais de déplacements entre le pays d'origine de l’expatrié et le lieu de mission.

Couverture sociale : L’expatrié(e) bénéficie d’une couverture sociale de qualité permettant de couvrir tous les frais de santé et d’une prévoyance accident incluant les risques de guerre.

Break : En cours de mission, une alternance travail - repos est assurée par des breaks prévus tous les trois mois. Sur la base d’une mission d'un an, l'expatrié prendra un break d’une semaine à 3 et 9 mois de mission (avec une participation de 500 euros versée par SI) ainsi qu'un break de 15 jours à 6 mois de mission (avec une prise en charge du billet d’avion aller et retour entre la mission et le lieu de résidence). Un aménagement de la politique de break est en cours de validation sur la mission, afin de permettre une fréquence plus rapprochée (tous les 2 mois et demi).

Maintenant que vous avez démontré votre intérêt en étant courageusement allé au bout de cette annonce vous pouvez aller en découvrir plus sur Solidarités International (www.solidarites.org)!

COMMENT POSTULER ?

Vous reconnaissez-vous dans cette description? Si oui, envoyez-nous votre CV et Lettre de Motivation en français. Les candidatures contenant  uniquement les CV ne seront pas considérées. 

Solidarités International se réserve la possibilité de clore un recrutement avant la date d’échéance de l’annonce. Merci de votre compréhension.

CONTACT : IEVA PRAPUOLENYTE, chargée de recrutement et de suivi