Responsable Programme EHA/ABRIS

Solidarités International

Kabo, Central African Republic 🇨🇫

Date de rédaction : 08/12/2017
Date de prise de fonction souhaitée : 01/01/2018
Durée de la mission : 6 mois
Localisation : RCA/Kabo



Que faisons-nous en  RCA ?

SI mène des projets en Eau, Hygiène et Assainissement ainsi que des activités RRM (Rapid Response Mecanism) dans les provinces de l’Ouham et de la Nana-Grébizi. SI travaille par ailleurs en consortium avec DRC et ACF sur la mise en œuvre d’un projet de résilience en sécurité alimentaire depuis 2015.

La mission dispose d’un budget annuel de 2.5M d’Euros, et est composée à l’heure actuelle de 14 expatriés et 72 personnels nationaux.

Pour en savoir plus sur la mission de Solidarités International (SI) en RCA : http://www.solidarites.org/fr/nos-missions/rep-centreafricaine

Descriptif du poste

Le poste de Responsable Programme EHA/Abris s’articule autour de deux volets :

– Un volet visant à appuyer les populations affectées par les inondations récentes à Kabo et les populations déplacées des sites de Kabo dans la reconstruction de leurs Abris. Au total, ce sont 800 ménages, soit 4,000 personnes qui seront assistées dans la reconstruction de leurs Abris. Le projet sera mis en place à travers la création de Comités d’Abris et la dotation des communautés cibles en kits de reconstruction, et des ménages en kits de sécurité ;

– Un volet visant à relocaliser des activités EHA de Kaga Bandoro (préfecture de la Nana Grébizi) vers Kabo, en vue de répondre à des besoins urgents identifiés sur Kabo en termes d’accès à l’eau, et notamment de réhabilitation de pompes (plus de 40 pompes recensées comme non fonctionnelles sur la zone). SI ambitionne à terme de réaliser de nouvelles réhabilitations ainsi que des aménagements de sources dans cette zone.

Responsabilités et Activités principales du poste/ Les enjeux du poste :

Le Responsable Programme EHA/Abris est responsable de la mise en œuvre du projet selon les termes définis dans la proposition, dans le respect des règles bailleurs, des délais impartis, des standards de qualité SI, et de la redevabilité vis-à-vis des populations affectées.

En tant que tel, il/elle :

– Est en charge de la mise en œuvre et du suivi des activités et budget définies dans le projet
– Est en charge du suivi des indicateurs et  du reporting interne et externe
– Est en charge de la supervision directe des équipes opérationnelles affectées à son programme
– Est responsable de la coordination avec les équipes logistiques, administratives et RH

Les priorités des 3 premiers mois s’articuleront autour des axes suivants :

– Recrutement, orientation et formation des équipes : le RP devra entièrement recruter ses équipes (9 personnels pour le volet Abri/à définir pour le volet EHA), assurer leur intégration au sein de l’organisation, et les former à la mise en œuvre du projet. Il/elle est responsable de la gestion de ses équipes, de leur planning, leur supervision sur le terrain, et du renforcement de leurs capacités afin d’assurer une intervention répondant aux standards de qualité de SI.

– Mise en œuvre: le RP devra assurer le lancement des projets dans les plus brefs délais, et strictement respecter le calendrier de mise en œuvre. Le/la RP est responsable du pilotage opérationnel et budgétaire du projet, avec le support du Coordinateur Urgence et Coordinateur Terrain. Il/elle devra accompagner et superviser les équipes dans la mise en œuvre des activités dans un souci de transparence et de redevabilité vis-à-vis des populations affectées.

– Suivi du projet : Le/la RP devra mettre en place un planning de suivi des projets précisant les échéances et techniques d’enquêtes de suivi nécessaires pour répondre aux indicateurs bailleurs et évaluer l’impact du projet. Le RP est responsable du reporting interne et externe du projet. Il/elle devra réaliser des visites terrain régulières pour superviser l’avancement et la qualité de mise en œuvre par les équipes.  

Votre profil

  • Diplôme universitaire de niveau minimum BAC + 4 dans l’un des domaines suivants : Ingénierie, spécialités Hydrogéologie, Environnement (ou autres études d’ingénierie en coopération et/ou aide humanitaire).
  • Expérience minimum de 2 ans à des postes similaires à un niveau de Responsable Programme
  • Expérience préalable en management d’équipes
  • Expérience préalable en gestion de projet EHA comprenant des activités « hard »
  • Au moins une expérience en contexte d’urgence
  • Au moins une expérience de mission avec contexte sécuritaire difficile

Compétences et connaissances techniques:

  • Maitrise des outils de suivi de projet, y compris les outils de pilotage budgétaire ;
  • Maitrise des procédures bailleurs en termes de reporting (Fonds Humanitaire, ECHO appréciés) ;
  • Bonnes capacités rédactionnelles (français indispensable) ;
  • Qualités managériales, et en particulier en renforcement de capacités ;
  • Goût pour le travail en équipe ;
  • Capacités d’anticipation et de prise de décision ;
  • Compétences en matière d’organisation et de priorisation;
  • Grosse capacité de travail et résistance au stress ;
  • Disponibilité, flexibilité, autonomie ;
  • Fortes capacités d’adaptation ;
  • Connaissances des thématiques et des outils spécifiques SI fortement appréciées ;
  • Connaissance du contexte centrafricain apprécié ;
  • Habitué(e) à travailler dans un environnement instable sur le plan politique et sécuritaire

Comment postuler

Vous reconnaissez-vous dans cette description? Si oui, envoyez-nous votre CV et Lettre de Motivation en français. Les candidatures contenant  uniquement les CV ne seront pas considérées. 

Solidarités International se réserve la possibilité de clore un recrutement avant la date d’échéance de l’annonce. Merci de votre compréhension.

Si vous offrira les conditions suivantes

Poste salarié : à partir de 1760 euros brut par mois, selon expérience, (1600 salaire de base plus 10% de prime de congés payés versés mensuellement) et Per Diem mensuel de  320 000 CFA. A compter d’avril 2018, une augmentation salariale de 200 euros bruts mensuels sera effective dans le cadre de la révision de la grille salariale.

SI prend également en charge les frais d’hébergement ainsi que les frais de déplacements entre le pays d’origine de l’expatrié et le lieu de mission.

Couverture sociale : L’expatrié(e) bénéficie d’une couverture sociale de qualité permettant de couvrir tous les frais de santé et d’une prévoyance accident incluant les risques de guerre.

Break : En cours de mission, une alternance travail – repos est assurée par des breaks prévus tous les trois mois. Sur la base d’une mission d’un an, l’expatrié prendra un break d’une semaine à 3 et 9 mois de mission (avec une participation de 500 euros versée par SI) ainsi qu’un break de 15 jours à 6 mois de mission (avec une prise en charge du billet d’avion aller et retour entre la mission et le lieu de résidence).

Conditions de vie :

La base  de Kabo  a commencé à  être  construite en 2007 et est restée opérationnelle en quasi-permanence depuis.  6 chambres individuelles pour les permanents et une chambre de passage pour les visiteurs sont disponibles. Les conditions de vie sur Kabo sont plus spartiates qu’à Bangui, mais la base est équipée d’un générateur et d’un inverteur permettant d’avoir de l’électricité toute la nuit. La connexion internet par VSat est souvent meilleure qu’en capitale. 

Il y a peu de distractions à Kabo mais la maison est agréable, et la nourriture très correcte grâce aux approvisionnements réguliers en provenance de Bangui. La vie y est très calme et le coût de la vie peu élevé. Le couvre-feu est fixé à 18h. La relation avec MSF-E, la seule ONG ayant une base opérationnelle sur la zone est bonne. MSF-E maintient également sur place un centre de soin, et des consultations sont possibles en cas de suspicions de maladie. En cas de problème sérieux, un rapatriement sur Bangui sera effectué. 

Difficultés/ contraintes en lien avec la sécurité :

La Centrafrique figure aujourd’hui parmi les pays au monde les plus dangereux pour les humanitaires. Les incidents affectant directement les humanitaires ont observé une hausse constante depuis 2015, pour atteindre en 2017 une moyenne de 43 incidents par mois. Le principal risque pour les ONG aujourd’hui reste le braquage, sur base ou sur les axes, de nature criminelle. Ce contexte sécuritaire affecte à la fois les conditions de vie et de travail des expatriés et personnel national, ainsi que la mise en œuvre des activités.

La ville de Kabo est actuellement encore sous le contrôle de factions Ex-Séléka. Après une certaine période de tension, liée aux évènements du 26 septembre 2015 et aux différents entre groupes armés issus de l’ex-Séléka, la zone a connu une certaine accalmie.  La prudence reste toutefois de mise sur la zone, les bases des ONG opérant dans et autour de Kabo ayant connu plusieurs incidents au cours des dernières années.

Contact

Maintenant que vous avez démontré votre intérêt en étant courageusement allé au bout de cette annonce vous pouvez aller en découvrir plus sur Solidarités International (www.solidarites.org)!

CONTACT : Florent TURC, Chargé de recrutement et suivi


POSITION TYPE

ORGANIZATION TYPE

EXPERIENCE-LEVEL

DEGREE REQUIRED

LANGUAGE REQUIRED