Niger nationals: Consultant(e) National(e) Expert(e) Environnementaliste/changement climatique

United Nations Development Programme (UNDP)

Background

Pays sahélien, le Niger a une superficie de 1 267 000 km2. Il est limité à l’ouest par le Mali et le Burkina Faso, à l’Est par le Tchad, au Sud par le Bénin et le Nigeria et au Nord par la Libye et l’Algérie. Les deux tiers (2/3) du territoire sont désertiques. Le relief est peu contrasté à cause des altitudes comprises généralement entre 200 et 500 mètres, s’élevant progressivement du sud-ouest au nord-est. Au plan climatique, le pays fait face à une aridité sans cesse croissante, marquée par une pluviométrie faible, inégalement répartie dans le temps et dans l’espace. Le pays est caractérisé par la récurrence des périodes de sécheresse qui exposent les populations aux aléas climatiques avec des risques de pertes de récoltes, d’animaux et d’autres ressources.

La situation sécuritaire du Niger reste fragile du fait des menaces et attaques directes sur le territoire de groupes terroristes installés dans trois de ses pays frontaliers : le Nigéria, le Mali et la Libye. À partir de février 2015, les attaques continues de la secte Boko Haram et leurs impacts sur la cohésion sociale demeurent la principale menace à la sécurité au Niger. Depuis lors, plusieurs attaques ont eu lieu dans la région de Diffa, provoquant le déplacement interne de milliers de personnes et exacerbant la situation humanitaire déjà critique dans le pays. Ces attaques continuent en 2017, même si leur fréquence a diminué. Le groupe Boko Haram est devenu moins virulent, mais le Mouvement pour l’unité et le jihad en Afrique de l’ouest (MUJAO), basé au Mali, mène des attaques de plus en plus fréquentes, intensives et mortelles dans la région de Tillabéri depuis 2016. Pour rappel, la région de Diffa et une partie de celle de Tillabéri sont sous état d’urgence depuis février 2015.
En raison de l’insécurité persistante dans la région de Diffa, environ 250 000 personnes déplacées vivent dans des conditions alimentaires et nutritionnelles précaires. De plus, les conditions de sécurité et l’état d’urgence (interdiction des motocycles, conditions de restriction de la production agricole, etc.) ont négativement affecté le secteur agricole de la région de Diffa avec une baisse importante de la production dans les secteurs de la pêche irriguée.

La population nigérienne est estimée à 18 528 000 en 2015 contre 7 754 610 en 1990, et reste très inégalement répartie sur le territoire. Les trois quarts (3/4) restent concentrés dans les zones méridionales au sud. Cependant, les densités moyennes varient de moins de 1 habitant /km2 dans la région d’Agadez où vivent 3% des habitants, à 34,7 habitants /km2 dans celle de Maradi.
Le Niger, avec un taux d’accroissement annuel moyen intercensitaire de sa population de 3,9% selon les données du quatrième (4ème) Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH 2012), présente un taux de progression démographique parmi les plus élevés au monde.

L’économie du pays est dominée par l’agriculture (42.9% du PIB en 2015-2016, INS) mais aussi les industries extractives (mines-uranium et pétrole) et les activités de commerce informel. Plus de 80% de la population dépend de l’agriculture pour leur subsistance. En conséquence, l’économie du Niger reste dépendante de la pluviométrie qui a un impact significatif sur le secteur agricole, et les échecs récurrents des récoltes soulignent la nécessité d’investir à long terme dans l’agriculture, en particulier dans l’irrigation. De plus, la situation d’insécurité a eu un impact négatif sur le secteur agricole de la région de Diffa, avec une baisse importante de la production dans les secteurs de la pêche et de la culture irriguée autour de la zone du lac Tchad. L’économie a donc été sérieusement affectée par le climat des affaires, la faiblesse des infrastructures et la fragilité de la situation sécuritaire, facteurs qui ont contribué à décourager les investisseurs.

Selon les estimations de l’INS du Niger (avril 2017), le PIB a progressé de 5,0% en 2016. Quant aux projections du FMI, elles prévoient une réduction sensible de cette croissance à 4,85% en 2017, puis une remontée à 5,5% en 2018, La hausse des prix mondiaux des produits de base soutient l’activité dans le secteur pétrolier et minier, lequel secteur restera une composante clé du PIB.
La stratégie à long terme du Niger, Vision 2035 (SDDCI), a été recentrée autour de 6 grandes priorités de développement:(i) réduire la croissance démographique à un niveau compatible avec les capacités du pays; (ii) établir un niveau minimum de capital humain éducatif; (iii) développer le secteur rural; (iv) développer le secteur privé et l’industrie extractive; (v) réformer l’administration et les institutions pour plus d’efficacité; et (vi) aborder et améliorer la situation de sécurité.

Le Plan de développement économique et social (PDES) constitue le document de référence pour l’opérationnalisation de la vision à long terme du développement socio-économique au Niger. Initialement prévu pour la période 2012-2015, il a été prolongé jusqu’en 2016. Le gouvernement vient d’adopter le nouveau PDES 2017-2021, formulé autour de 5 grands axes alignés sur la SDDCI, les grandes priorités de développement et les ODD prioritaires pour le Niger. Environ 43 cibles ODD et 61 indicateurs rattachés ont été domestiqués dans le PDES. De ce fait, leur mise en œuvre à travers le PDES fera l’objet d’un suivi annuel en vue de mesurer les progrès vers l’atteinte des différentes cibles. Le processus d’élaboration du rapport national sur la situation de référence 2016 sur les ODD a commencé en août 2017.
Dans le cadre du Forum de Haut Niveau sur les ODD de 2018, le Niger, comme beaucoup d’autres pays, s’est engagé à produire un Rapport National de Revue Volontaire sur les ODD, lequel rapport fera l’objet d’une présentation à ce forum. Les présents termes de références serviront au recrutement d’un consultant national expert environnementaliste pour appuyer l’élaboration de ce rapport.

 

 

POSITION TYPE

ORGANIZATION TYPE

EXPERIENCE-LEVEL

DEGREE REQUIRED

LANGUAGE REQUIRED