Mali nationals: Consultant National Evaluation finale du Programme d'Appui à la Stratégie Nationale d'Adaptation aux Changements Climatiques

United Nations Development Programme (UNDP)

Bamako, Mali 🇲🇱

Les projections climatiques sur le Mali suggèrent que les changements climatiques (CC) entraineront une très forte augmentation de la température, une baisse des précipitations, et en général, une variabilité importante de tous les paramètres climatiques à l’échelle  saisonnière. Ces effets climatiques attendus auront des impacts négatifs sur les secteurs clés de l’économie du pays: l’Agriculture, l’élevage, la foresterie et l’énergie.

Pour soutenir les efforts du Mali dans la gestion des risques climatiques des  secteurs prioritaires de développement et des communautés, le MEADD, avec l’appui financier du  Ministère Fédéral de l’Environnement, de la Protection de la Nature et de la Sûreté Nucléaire (BMUB)  et du PNUD, a lancé le Programme d’Appui à la Stratégie Nationale d’Adaptation aux Changements Climatiques.

Ce document présente le mandat pour  l’évaluation finale du PNUD-BMU relativement au projet intitulé « Appui à la mise en œuvre de la Stratégie Nationale Changements Climatiques du Mali (ASNaCC) » (n° PIMS 4919), mis en œuvre par l’Agence de l’Environnement et du Développement Durable (AEDD), qui doit être réalisé en cinq (05) années à partir de la date de signature du document de projet avec la BMU. Le projet a été signé en avril 2015 et se trouve dans sa quatrième année de mise en œuvre. Le présent mandat énonce les éléments à prendre en compte dans le cadre de l’évaluation finale. 

L’insuffisance  de capacité  des différents acteurs (collectivités, secteur privé et gouvernement), rend difficile la mise en œuvre de la Stratégie nationale existante sur les changements climatiques (SNCC). 

Informations générales sur le projet 

Le projet a été mis au point pour :

  • Améliorer la qualité et l’accès aux informations sur le climat, et renforcer le suivi des stimuli liés au climat et les effets du changement climatique  
  • Renforcer les capacités d’action des collectivités, du secteur privé et les décideurs des institutions gouvernementales ; 
  • Développer des méthodes et des outils novateurs visant à l’intégration systématique de l’adaptation au changement climatique dans les politiques et les investissements au niveau des secteurs prioritaires identifiés par la SNCC et l’intégration dans la planification de développement à travers le Plan de Développement Economique, Social, et Culturel (PDESC) 
  • Intégrer l’adaptation et maximiser les Co avantages : réhabilitation des terres dégradées, séquestration du carbone, et la sauvegarde de la biodiversité 
  • Améliorer la coordination intersectorielle et synchroniser les activités des différents partenaires techniques et financiers.

Les objectifs du projet et groupes cibles: 

Le projet du PNUD fait partie intégrante d’un programme plus large mis en œuvre conjointement avec la GIZ. Le programme vise à appuyer le Mali face aux défis du changement climatique qui menace le développement durable du pays. Tous les deux projets celui du PNUD et celui de la GIZ contribuent à l’objectif global du programme. 

Objectif global du programme : 

La résilience des systèmes écologiques, de production et les systèmes sociaux dans les zones vulnérables du Mali due aux impacts du changement climatique est accrue par les capacités d’adaptation renforcées, et des approches d’adaptation intégrées et novatrices.

Résultats (Objectifs spécifiques du projet PNUD):

  • Résultat 1. Des données climatiques et d’informations fiables sont disponibles pour améliorer l’analyse des impacts du changement climatique sur le développement socio-économique et environnemental et l’intégration et le développement de solutions d’adaptation appropriées.
  • Résultat 2. Des outils opérationnels pertinents pour le Fonds Climat Mali sont élaborés par l‘AEDD et le Ministère en charge des Finances et promus vers différents acteurs gouvernementaux, multilatéraux, bilatéraux, secteurs privés et société civile.
  • Résultat 3. Les parties prenantes concernées mettent en œuvre les mesures d’adaptation innovantes sensibles au genre pour la résilience accrue des systèmes écologiques, économiques et sociaux dans les zones les plus vulnérables du Mali ciblées par le projet.

Résultats (les objectifs spécifiques du projet GIZ):

  • Résultat 1 : Les mesures d’adaptation au changement climatique sont intégrées dans les politiques et stratégies de développement socio-économique national pour les secteurs considérés comme vulnérables au changement climatique et dans les outils de planification régionaux, municipaux et locaux. 
  • Résultat 2 : Les parties prenantes concernées mettent en œuvre les mesures d’adaptation innovantes sensibles au genre pour la résilience accrue des systèmes écologiques, économiques et sociaux dans les zones les plus vulnérables du Mali ciblées par le projet.

Groupe(s) cible(s) : Les bénéficiaires directs sont les institutions et les populations des municipalités rurales, urbaines et nationales, en particulier les plus vulnérables dans les zones cibles. 

Zones d’intervention: 

Les quatre régions Kayes, Koulikoro, Ségou, et Sikasso ont été identifiées comme les principaux domaines d’intervention pour l’ensemble du programme pour les activités aux niveaux régional et local.  ASNaCC/PNUD intervient dans les régions de Kayes et Sikasso.

Communes d’intervention pour la mise en œuvre des mesures d’adaptation du Projet ASNaCC/PNUD

N° Régions Cercles Communes: 

1 Kayes Kayes Koussané

2 Bafoulabé Diakon

3 Kita Kourouninkoto

4 Diéma Lakamané

5 Nioro Nioro Tougouné Rangabé

6 Sikasso Sikasso Dembela

7 Koutiala Konina

8 Yorosso Kiffosso1

9 Kolondiéba Kolosso

10 Bougouni Domba

Organes de mise en œuvre du projet: 

Agence d’exécution au compte du BMUB : PNUD

Le PNUD est l’Agence chargée de la mise en œuvre pour le compte du Ministère Fédéral Allemand de l’Environnement, de la Protection de la Nature, de la Construction et de la Sûreté Nucléaire (BMU).

Présidence du Comité de Pilotage : Le Ministère de l’Environnement de l’Assainissement et du Développement    Durable, (MEADD) du Mali.

Le MEADD dirige le comité de pilotage pour la mise en place globale du “ Programme d’Appui à la Stratégie Nationale d’Adaptation aux Changements Climatiques au Mali ” et est chargé du pilotage stratégique des projets à la fois de la GIZ et du PNUD.

Structure technique de mise en œuvre au nom du MEADD : AEDD

L’AEDD est la structure technique de mise en œuvre du projet ASNaCC/PNUD sous la supervision du MEADD à travers une unité de coordination. Cette unité  assure la coordination opérationnelle du projet du PNUD.    

Unité de coordination. Elle est composée de :

  • Un coordonnateur national
  • Un expert en Suivi-Evaluation
  • Une Assistante Administrative et Financière
  • Deux points focaux pour les régions de Kayes et Sikasso

Les partenaires :  

  • Le projet est mis en œuvre en partenariat avec  des structures gouvernementales et non-gouvernementales Ces structures sont positionnées en tant que prestataires de services techniques à l’AEDD. Les principaux partenaires sont  : 
  • L’Agence météorologique nationale (Mali Météo), les services de planification au niveau des ministères concernés (agriculture, eau, pêche, forêt, environnement, génie rural, etc.), les universités et les centres de recherche (IER, IPR/IFRA, CNRST, ENI-ABT, etc.), les services d’assistance technique au niveau local, les organisations à base communautaire, les organisations non gouvernementales, les organisations de la société civile et le secteur privé.

Financement: 

Bailleurs Montants  USD FCFA

  • Etat du Mali (en nature) 300 000 175 497 000
  • Etat du Mali (en espèce) 200 000 116 998 000
  • BMUB 5 492 553.97 3 213 089 147
  • PNUD 500 000 292 495 000
  • Total 6 492 553.97 3 798 079 147

Réalisations

Résultat 1: 

  • Evaluation de l’état du réseau météorologique des régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et du District de Bamako
  • Création du ” Comité Technique et Scientifique ” par décision N°0133 en date du 20/10/2017 du Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable. Les structures qui composent ce Comité sont : AEDD, Mali Météo, CNRST, ENI-ABT, ISFRA, IPR/IFRA, IER et FAST ;
  • Tenue de la première réunion du Comité Technique et Scientifique le mercredi 17 octobre 2018 ;  
  • Acquisition en cours de cinq (05) stations météorologiques automatiques au compte de Mali Météo
  • Acquisition d’équipements divers qui ont renforcé 12 stations météorologiques classiques

Résultat 2: 

  • Elaboration du plan de communication du Fonds Climat Mali
  • Elaboration d’un rapport communicant pour le Fonds Climat Mali
  • Recrutement de deux consultants dont un international pour l’élaboration des outils MRV du Fonds Climat Mali

Résultat 3: 

  • Choix des dix communes d’intervention dans les régions de Kayes et Sikasso pour la mise en œuvre des mesures d’adaptation ;
  • Sensibilisation, information des communes bénéficiaires, et, identification et priorisation des activités d’adaptation in situ. 
  • Réalisation des études de références sur les mesures d’adaptation ;
  • Formation des agents (40 agents) d’encadrement sur les champs écoles et le compostage dans les dix communes des régions de Sikasso et Kayes ;
  • Equipements des 10 communes pour le compostage (20 charrettes, 20 ânes au total) ; 
  • Formation et remise d’intrants à 803 producteurs dont   148 femmes sur les techniques culturales, les variétés améliorées dans le cadre des Champs Ecoles Producteurs (CEP) dans 29 villages des 10 communes des régions de Kayes et Sikasso ;
  • Formation de 50 agents (agents communaux et chefs secteurs d’agriculture) et producteurs sur les pratiques agricoles résilientes au changement climatique à travers les champs écoles producteurs sur les cultures sèches dans les communes d’intervention de Kayes ;
  • Réalisation de dix (22) forages avec pompage solaire pour : (i) quatorze (14) périmètres maraîchers au bénéfice de 3000 femmes,  (ii) sept (07) Adductions d’Eau Sommaires (au bénéfice d’une population d’environ 8000 habitants) équipés de   bornes fontaines et d’abreuvoirs pour les bétails  et (iii) un périmètre pastoral;
  • Mise en place de vingt-sept  (27) comités de gestion des points d’eau réalisés dans la région de Kayes, et, équipement et formation en maintenance de ces comités ;
  • Réalisation de six (06) retenues d’eau sur six (06) sites et l’aménagement de deux (02) mares pour un potentiel total de : 
  • 133 hectares pour la riziculture, 
  • 75,5 hectares pour le maraîchage, et, 
  • 25,5 hectares pour la pisciculture.
  • Construction et équipement de deux (02) centres de transformation des produits locaux dans la région de Sikasso ;
  • Renforcement  et équipement d’un (01) centres de transformation des produits locaux dans la région de Kayes;
  • Réalisation en cours : de dix (10) ha d’agro foresterie de reboisement compensatoire suite aux travaux de retenue d’eau dans la région de Sikasso.
  • Mise en place  et formation de vingt-sept  (27) comités de gestion des infrastructures
  • Mise en place, formation et encadrement de 45 Champs Ecoles Producteurs (CEPs)

Objectifs de l’évaluation finale: 

L’examen final évaluera les progrès accomplis par rapport aux objectifs et résultats attendus du projet, tels qu’énoncés dans le Document de projet, et mesurera les  signes de réussite ou d’échec du projet et les leçons tirées.  L’évaluation finale examinera aussi la stratégie du projet et les risques concernant la durabilité des résultats.

Approche et Méthodologie:  

L’évaluation finale doit fournir des informations fondées sur des données factuelles crédibles, fiables et utiles. L’équipe chargée de l’examen examinera toutes les sources d’informations pertinentes, y compris les documents élaborés pendant la phase de préparation du projet (par exemple, le Document de projet, les rapports de projets dont les rapports annuel et semi-annuels de projet, la révision des budgets du projet, les rapports d’enseignements tirés, les documents stratégiques et juridiques nationaux, et tout autre matériel que l’équipe juge utile pour étayer l’examen). L’équipe travaillera également en collaboration avec l’équipe de la GIZ au Mali.  

L’équipe chargée de l’évaluation finale  doit suivre une approche collaborative et participative afin d’assurer une participation active de l’équipe du projet, des homologues gouvernementaux, du bureau de pays du PNUD, des conseillers techniques régionaux PNUD-FEM, et autres parties prenantes principales. 

La participation des parties prenantes est fondamentale à la conduite de l’évaluation finale avec succès.  Cette participation doit consister en des entretiens avec les parties prenantes qui assument des responsabilités liées au projet, à savoir entre autre : organismes d’exécution, hauts fonctionnaires et responsables des équipe de travail/d’activités, principaux experts et consultants dans les domaines liés au projet, Comité de pilotage du projet, parties prenantes au projet, monde universitaire,  gouvernements locaux et les OSC, etc. En outre, l’équipe chargée l’évaluation finale   doit conduire des missions sur le terrain à Kayes et à Sikasso, notamment sur les sites du projet suivants :

Sites de réalisation du projet: 

N° Régions Cercles Communes Villages

1 Kayes Kayes Koussané Koussané, Sobia, Moussala

2 Bafoulabé Diakon Diakon, Trentimou

3 Kita Kourouninkoto Kourouninkoto

4 Diéma Lakamané Lakamané, Boulili Diawara, Kamané

5 Nioro Nioro Tougouné Rangabé Tougouné, Séoundé

6 Sikasso Sikasso Dembela Dembela, Kessena, Mebougou

7 Koutiala Konina Konina, N’Pètiéla, Filima

8 Yorosso Kiffosso1 Kiffosso1, Galédougou1, Fakoni

9 Kolondiéba Kolosso Kolosso, Kolona, Neguela

10 Bougouni Domba Domba, N’Gola, Falabada

 

 

Principaux objectifs de la mission:

Le rapport final de l’évaluation finale doit exposer en détails l’approche appliquée pour l’examen, en indiquant explicitement les raisons ayant motivé cette approche, les hypothèses de départ, les défis à relever, les points forts et les points faibles des méthodes et de l’approche appliquées pour l’examen.

Description des responsabilités / portée des travaux : 

  • Portée détaillée de l’evaluation finale
  • L’équipe chargée de l’évaluation finale examinera l’évolution du projet dans les quatre catégories mentionnées ci-après.

Stratégie de projet : 

Conception de projet : 

  • Analyser le problème aux quels s’attaquent le projet et les hypothèses de base. Passer en revue les conséquences de toute hypothèse erronée ou de tout changement contextuel sur la réalisation des résultats du projet tel qu’énoncés dans le Document de projet.
  • Examiner la pertinence de la stratégie du projet et évaluer si c’est le moyen le plus efficace d’atteindre les résultats escomptés. Les enseignements tirés d’autres projets pertinents ont-ils été convenablement pris en considération dans la conception du projet ?
  • Étudier la façon dont le projet répond aux priorités du pays. Faire le point sur l’appropriation nationale. Le concept du projet est-il conforme aux priorités et plans nationaux pour le développement sectoriel du pays (ou des pays participants s’il s’agit de projets multi-pays) ?
  • Examiner les processus décisionnels : les points de vue des personnes qui seront concernées par les décisions du projet, de celles qui pourraient influer sur les résultats et de celles qui pourraient contribuer à l’information ou à d’autres ressources visant le processus, ont-ils été pris en considération pendant la conception de projet ? 
  • Examiner la mesure dans laquelle les questions pertinentes en matière de genre ont été soulevées pendant la conception du projet. 
  • Indiquer s’il y a des domaines de préoccupation majeure qui nécessitent des améliorations. 

Cadre de résultats/cadre logique :

  • Procéder à une analyse critique des indicateurs et cibles du cadre logique du projet, évaluer la mesure dans laquelle les cibles à mi-parcours sont « SMART » (spécifiques, mesurables, réalisables, pertinentes et limitées dans le temps), et proposer des modifications/révisions spécifiques aux cibles et indicateurs lorsque nécessaire.
  • Les objectifs, résultats ou éléments du projet sont-ils clairs, applicables dans la pratique et réalisables dans les délais fixés ?
  • Examiner si les progrès réalisés à ce jour ont produit, ou pourraient produire à l’avenir, des effets bénéfiques pour le développement (par exemple, génération de revenus, égalité des sexes et autonomisation des femmes, meilleure gouvernance, etc…) qu’il faudrait intégrer au cadre de résultats du projet et suivre annuellement. 
  • S’assurer que l’on suit efficacement les aspects généraux en matière de développement et de genre du projet. Mettre au point et recommander des indicateurs de développement « SMART », notamment des indicateurs ventilés par sexe et des indicateurs faisant apparaître les effets bénéfiques pour le développement. 

Progrès par rapport aux  résultats attendus: 

Analyse de progrès vers les réalisations :

  • Passer en revue les indicateurs du cadre logique à la lumière des progrès accomplis vers la réalisation des cibles de fin de projet, à l’aide de la Matrice des progrès vers la réalisation des résultats ; les progrès sont indiqués par couleur selon le principe des « feux tricolores » en fonction du niveau de progrès obtenus pour chaque réalisation ; formuler des recommandations pour les secteurs entrant dans la catégorie « Ne sont pas en voie de réalisation » (en rouge). 

Les progrès obtenus vers la réalisation des résultats (Réalisations obtenues à la lumière des cibles de fin de projet) sont présentés comme suit :

Stratégie de projet : 

  • Indicateur Niveau de référence Cible à mi-parcours Cible à la fin du projet Niveau et évaluation à mi-parcours Évaluation obtenue Justification de l’évaluation 

Objectif : La résilience des systèmes écologiques, de production et les systèmes sociaux dans les zones vulnérables du Mali due aux impacts du changement climatique est accrue par les capacités d’adaptation renforcées, et  des approches d’adaptation intégrées et novatrices

  • Indicateur 1 : Nombre d’instruments novateurs et intégrés pour l’intégration systématique des adaptations au changement climatique dans la planification du développement durable et l’accès des communautés vulnérables au financement sur le climat adoptés par les institutions et les parties prenantes 6 11 13
  • Indicateur 2 : Les investissements d’adaptation pertinents dans les secteurs classés comme vulnérables au changement climatique ont augmenté à XX% des investissements globaux respectifs 0% 3%
  • Indicator 3 : Le niveau de risque climatique des communes dans les zones d’intervention du projet est réduit de XX% ». 0% 5%

 

Réalisation 1 : Des données climatiques et d’informations fiables sont disponibles pour améliorer l’analyse des impacts du changement climatique sur le développement socio-économique et environnemental et l’intégration et le développement de solutions d’adaptation appropriées.

  • Indicateur 4 : Nombre de stations dans les rapports des districts cibles sur une base quotidienne au niveau des archives de base de données centrale à Mali Météo 38 48 48
  • Indicateur 5 : Nombre de GCM et des ensembles de données réduites (statistiques et dynamiques) dans la base de données SIG combinées avec d’autres données environnementales, socio-économiques et géotechniques pour mettre en évidence les principales vulnérabilités (par exemple les routes, les infrastructures, l’accès aux marchés, les hôpitaux, écoles, etc.) 0 3 5
  • Indicateur 6 : Nombre d’alertes spécifiques au secteur, des avis à titre consultatif et / ou des notes d’orientation produites sur une base régulière, qui utilisent à la fois les informations sur le climat (observations, prévisions météo, prévisions saisonnières et / ou scénarios de changement climatique) et des données d’exposition/de vulnérabilité spécifiques liées au secteur 0 3
  • Indicateur 7 : Nombre d’institutions intégrant les informations sur les risques du changement climatique et la vulnérabilité dans les plans de renforcement de la résilience et la réduction de la vulnérabilité dans les 4 régions cibles 0 3

Réalisation 2 : Des outils opérationnels pertinents pour le Fonds Climat Mali sont élaborés par l‘AEDD et le Ministère des Finances et promus vers différents acteurs gouvernementaux, multilatéraux, bilatéraux, secteurs privés et société civile Indicateur 8 : Nombre de règles, procédures et instruments opérationnels développés et mis-en œuvre par le Fonds Climat Mali 2 2 4

Réalisation 3 : Les parties prenantes concernées mettent en œuvre les mesures d’adaptation innovantes sensibles au genre pour la résilience accrue des systèmes écologiques, économiques et sociaux dans les zones les plus vulnérables du Mali ciblées par le projet Indicateur 9 : La proportion de ménages ciblés (au moins 10,000) dans les zones d’intervention du PNUD qui ont adopté des pratiques de subsistance résilientes au changement climatique 3,536 4,952 13,536

  • Indicateur 10 : La proportion du personnel technique appuyant les communautés sur les technologies d’adaptation formée sur la gestion des risques climatiques, les technologies d’adaptation innovantes 5% 100%
  • Indicateur 11 : Nombre de bonnes pratiques et de leçons apprises du projet disséminées à travers les matériaux de sensibilisation et plates-formes de communication pertinentes aux niveaux national et international 1 3 10

Grille d’évaluation des indicateurs 

Vert = réalisé Jaune = en voie de réalisation Rouge = pas en voie de réalisation 

Après analyse des progrès vers l’obtention des réalisations :

Identifier les points  forts et les points faibles  par rapport à la réalisation des objectifs du projet. 

En passant en revue les effets bénéfiques du projet à ce jour, définir les moyens par lesquels on pourrait assurer la durabilité.

Résultats obtenus par le projet 

Efficacité:

  • Examiner l’efficacité globale de la gestion de projet telle qu’énoncée dans le Document de projet. Des changements ont-ils été apportés et sont-ils efficaces ? 
  • Les activités planifiées ont-elles été toutes mises en œuvre comme l’a prévu le projet ?
  • Quelles sont les cibles atteintes par le projet ?correspondent-elles à celles prévues dans le
  • projet ?
  • Les activités et les cibles du projet ont-elles permis d’atteindre les objectifs du projet ? Pourquoi ?

Les recommandations de l’évaluation mi-parcours ont été mises en œuvre ? Et pour quels résultats ?

Impact: 

  • Qu’est-ce que la réalisation des « actions concrètes » a-t-elle apporté aux communautés et services bénéficiaires ?
  • Quelle est la proportion des ménages ayant adoptée les pratiques résilientes aux effets des changements climatiques ?
  • Quels sont les co-avantages sur l’environnement ?

Durabilité :

Vérifier si les risques définis dans le Document du projet, le rapport annuel/BMU et le module ATLAS de gestion des risques sont les plus importants et si les évaluations des risques sont appropriées et à jour. Dans la négative, expliquer pourquoi. 

En outre, évaluer les risques pour la durabilité dans les catégories suivantes :

Risques financiers pour la durabilité : 

Quelle est la probabilité qu’il n’y ait pas de ressources financières et économiques disponibles après la fin de l’aide du BMU (considérer que les ressources possibles peuvent provenir de sources multiples, comme les secteurs public et privé, les activités génératrices de revenus, et autres financements pouvant être des ressources financières adaptées à la durabilité des réalisations du projet) ?

Risques socio-économiques pour la durabilité : 

Existe-t-il des risques sociaux ou politiques susceptibles de menacer la durabilité des réalisations du projet ? Quel est le risque que le niveau d’appropriation par les parties prenantes (y compris par les gouvernements et autres parties prenantes principales) ne soit pas suffisant pour permettre de maintenir les réalisations/bénéfices du projet ? Les différentes parties prenantes principales ont-elles conscience qu’il est dans leur intérêt de maintenir les bénéfices du projet ? La sensibilisation du public/des parties prenantes est-elle suffisante pour appuyer les objectifs à long terme du projet ? L’équipe du projet étaye-t-elle par des documents les enseignements tirés en permanence, et ces documents sont-ils communiqués aux parties concernées, lesquelles pourraient apprendre du projet et potentiellement le reproduire et/ou le reproduire à plus grande échelle à l’avenir ?

Risques liés au cadre institutionnel et à la gouvernance pour la durabilité : 

Les cadres juridiques, les politiques, les structures de gouvernance et les processus présentent-ils des risques qui pourraient menacer la durabilité des bénéfices du projet ? Lors de l’évaluation de ce paramètre, examiner également des systèmes/mécanismes exigés pour la responsabilité, la transparence et le transfert des connaissances techniques sont en place. 

Risques environnementaux pour la durabilité : 

  • Existe-t-il des risques environnementaux qui pourraient menacer la durabilité des réalisations du projet ? 

Conclusions et recommandations: 

L’équipe chargée de l’évaluation finale inclura un paragraphe dans le rapport, exposant les conclusions fondées sur des données probantes de l’évaluation finale, à la lumière des résultats.

Des recommandations seront formulées sous forme de propositions succinctes d’interventions fondamentales qui seront spécifiques, mesurables, réalisables et appropriées. Un tableau des recommandations devrait être joint au résumé du rapport. 

L’équipe chargée de l’évaluation finale devra formuler 15 recommandations au maximum. 

Évaluation :

L’équipe chargée de l’évaluation finale communiquera les évaluations faites des résultats du projet et fera une brève description des réalisations associées dans le Tableau de résumé des évaluations et réalisations dans le résumé du rapport de l’examen final. Voir l’annexe E pour consulter la grille des évaluations. Des évaluations de la stratégie du projet et du projet dans son ensemble ne sont pas exigées.

Produits Livrables : 

  • Documents à produire Description Délais Responsabilités
  • Rapport d’initiation de l’évaluation finale L’équipe chargée de l’évaluation finale précise ses objectifs et méthodes d’examen Au plus tard 2 semaines avant la mission pour l’évaluation finale: (date) L’équipe chargée de l’évaluation finale présente le rapport à l’Unité mandatrice et à la direction du projet 
  • Présentation Premières conclusions Fin de la mission pour l’évaluation finale: (date) L’équipe chargée de l’évaluation finale présente les conclusions à l’Unité mandatrice et à la direction du projet
  • Projet de Rapport final Rapport complet (rédigé à l’aide des directives sur le contenu figurant à l’annexe B) avec les annexes Dans les trois semaines suivant la mission pour l’évaluation finale : (date) Le projet sera envoyé à l’Unité mandatrice, révisé par le RTA, l’Unité coordonnatrice du projet, et le point focal opérationnel du GEF 
  • Rapport final * Rapport révisé avec que les renvois détaillant comment il a été donné suite (ou non) aux commentaires reçus dans le rapport final d’évaluation finale Une semaine après la réception des commentaires du PNUD sur le projet de rapport : (date) Le rapport final sera envoyé à l’Unité mandatrice
  • Le rapport final de l’évaluation doit être rédigé en anglais. Le cas échéant, l’Unité mandatrice peut prévoir la traduction du rapport dans une langue plus couramment parlée par les parties prenantes nationales.

Les documents à joindre à la soumission des propositions

Les demandeurs doivent présenter les documents suivants :

  • Obligatoire
  • CV personnel, comprenant des informations sur l’expérience passée dans des projets / missions similaires et les coordonnées des personnes de référence.
  • Proposition financière
  • Lettre de confirmation d’intérêt et de disponibilité dûment remplie en utilisant le modèle fourni par le PNUD

Proposition financière: 

(une seule option doit etre choisie. Pour les contrats de retenue et/ou les atl, veuillez discuter avec l’unite de marches) :

Contrat forfaitaire: 

La proposition financière doit spécifier un montant forfaitaire total et des conditions de paiement autour de résultats spécifiques et mesurables (qualitatifs et quantitatifs) (c’est-à-dire si les paiements se font par tranches ou à la fin du contrat). Les paiements sont basés sur les résultats, c’est-à-dire sur la fourniture des services spécifiés dans le cahier des charges. Afin d’aider l’unité requérante à comparer les propositions financières, la proposition financière comprendra une ventilation de ce montant forfaitaire (y compris les frais de voyage, les indemnités journalières et le nombre de jours ouvrables prévus).    

OU

Contrats basés sur des honoraires journaliers: 

La proposition financière précise les honoraires journaliers, les frais de voyage et les indemnités journalières indiqués dans des postes distincts, et les paiements sont effectués au consultant individuel en fonction du nombre de jours travaillés.

Frais de voyage: 

Tous les frais de voyage envisagés doivent être inclus dans la proposition financière. Cela comprend tous les voyages pour rejoindre le lieu d’affectation/les voyages de rapatriement. En général, le PNUD ne doit pas accepter des frais de voyage supérieurs à ceux d’un billet en classe économique. Si le CI souhaite voyager dans une classe supérieure, il doit le faire en utilisant ses propres ressources.

En cas de voyage imprévisible, le paiement des frais de voyage, y compris les billets, l’hébergement et les frais de terminal, doit être convenu entre l’unité opérationnelle concernée et le consultant individuel avant le voyage et sera remboursé.

Les critères d’évaluation: 

  • Niveau d’études – 10 points maximum 
  • Expérience professionnelle pertinente – 40 points maximum 
  • Compétences linguistiques – 5 points maximum 
  • Autres exigences – 15 points max.
  • Score technique maximum disponible – 70 points.

Methode d’evaluation (une seule option doit etre choisie) :

  • Prix le plus bas et offre techniquement conforme
  • L’attribution du marché est faite au titulaire dont l’offre a été évaluée et déterminée comme étant les deux :
  • a) réactif/conforme/acceptable (respectant pleinement les termes de référence fournis), et
  • b) offrant le prix/coût le plus bas

OU 

Analyse cumulative 

L’attribution du contrat est faite au titulaire dont l’offre a été évaluée et déterminée comme :

  • a) réactif/conforme/acceptable, et
  • b) avoir obtenu la note cumulative la plus élevée parmi un ensemble prédéterminé de critères techniques et financiers pondérés spécifiques à la demande de propositions. 
  • Poids des critères techniques : 70%.
  • Poids des critères financiers : 30%.

Seuls les candidats ayant obtenu un minimum de 70 % de la note technique maximale disponible (49 points) seront pris en compte pour l’évaluation financière.

Le nombre maximum de points attribués à la proposition financière est attribué à la proposition de prix la plus basse et sera égal à 30. Toutes les autres propositions de prix seront évaluées et se verront attribuer des points, selon la formule ci-dessous :

30 points [nombre maximum de points disponibles pour la partie financière] x [prix le plus bas de tous les prix proposés parmi les offres recevables] / [prix évalué].

La proposition qui obtient le score cumulé le plus élevé après addition du score de la proposition technique et de la proposition financière sera considérée comme l’offre la plus conforme et se verra attribuer un contrat.

 

 

Les consultants seront sélectionnés de manière à ce que l’équipe dispose des compétences maximales dans les domaines suivants :

Compétences: 

  • Compétences avérées en matière d’analyse ;
  • Compétences en gestion réactive, ;
  • Compréhension avérée des questions liées au genre et expérience dans l’évaluation et l’analyse tenant compte du genre.
 

Composition de l’équipe: 

Une équipe composée de deux consultants indépendants conduira l’évaluation finale – un chef d’équipe (ayant l’expérience des projets et des évaluations dans d’autres régions du monde) et un expert national. Les consultants ne peuvent pas avoir participé à la préparation, la formulation, et/ou la mise en œuvre du projet (y compris la rédaction du Document de projet) et ne devront pas avoir de conflit d’intérêts en relation avec les activités liées au projet.  

Education: 

  • Education Minimum  Maîtrise en politique environnementale, agriculture, finance de l’environnement, ou autres secteurs étroitement liés. Excellente aptitude à la communication.

Expérience: 

  • Expérience professionnelle d’au moins 7 ans dans des secteurs techniques pertinents ;
  • Expérience dans l’évaluation/la révision de projet dans le système des Nations Unies sera un atout ;
  • Expérience récente dans les méthodologies d’évaluation de la gestion axée sur les résultats ; 
  • Expérience dans l’application d’indicateurs SMART et dans le remaniement ou la validation des scénarios de départ ;
  • Expérience dans la collaboration avec le PNUD ;
  • Expérience professionnelle dans les pays du Sahel.

Langues: 

  • Maîtrise du Français.

POSITION TYPE

ORGANIZATION TYPE

EXPERIENCE-LEVEL

DEGREE REQUIRED

LANGUAGE REQUIRED